Football en fauteuil électrique : ça roule !

13 novembre 2011 |  by  |  Foot

Troisième, ainsi a été le classement de l’équipe de France au cours de la deuxième édition de la Coupe du Monde de Foot-Fauteuil qui a eu lieu à Paris. Pour l’entraineur, Bernard Berthouloux, cette troisième marche du podium est une fierté. Après avoir été battue en finale au cours de la précédente édition, la sélection avait à cœur de rééditer le même parcours et de repartir avec le trophée. De nouveau, cela n’aura pas été le cas malgré un très joli parcours et surtout une première place au sortir de la phase de poules ainsi qu’un douze buts à rien contre l’Irlande. Ce sont les Etats-Unis qui stopperont finalement la France en demi-finale, mais aucun regret puisque ce sont ces mêmes Américains qui deviendront champions du monde.

Un sport nouveau des années 80
Il ne faut pas aller bien loin pour trouver les origines du football en fauteuil électrique. D’abord pratiqué à Lyon et en région parisienne, il va par la suite intéresser l’ensemble de la France. Un championnat va se mettre en place en 1992 puis ce sont des divisions qui se créent avec toute une structure fédérale nationale derrière. Dans les années 2000, les sélections nationales voient le jour ainsi qu’une fédération internationale qui permettra qu’une première Coupe du Monde ait lieu au Japon. On a donc su voir cette discipline si jeune d’un très bon œil. Il s’agit d’ailleurs du seul sport en fauteuil électrique et il n’a rien à envier au football des valides puisqu’il suscite également un engouement du public. Sur les terrains des gymnases évoluent des sportifs qui ne peuvent avoir accès à d’autres sports en raison de leurs handicaps. Ils retrouvent tout ce que des footballeurs ont dans les grands stades : encouragements, goût du jeu, buts… Le concept réunit deux équipes avec un gardien et trois joueurs de champ de chaque côté. Les buts doivent être marqués grâce au pare choc installé sur le fauteuil. Enfin, il n’y a aucun hors-jeu dans ce dérivé du football !

Emmanuel Petit, le parrain
Le champion du monde soutient cette discipline qui n’est pas encore aux Jeux Paralympiques. Celui qui avait marqué l’ultime but de la finale de 1998 s’est pris d’attachement pour ce sport en voyant comment les joueurs se débrouillaient afin de marquer notamment. « On ne joue pas au foot qu’avec les pieds. On joue aussi avec un fauteuil mais surtout avec le cœur. » N’imaginant pas vraiment comment se croiser football et fauteuil, il est impressionné par le résultat. Cela fait deux ans que le footballeur à la retraite soutient l’équipe de France. Avec Michel Platini, il a d’ailleurs participé au tirage au sort de cette dernière Coupe du Monde permettant ainsi que les projecteurs soient mis sur la discipline. Il est probable que d’autres grands footballeurs s’investissent à leur tour. Une possibilité qui ne pourrait que rendre service au football en fauteuil électrique.



Leave a Reply