Archive for mai, 2011

La quinzaine de la balle jaune

31 mai 2011 |  by  |  Tennis

- Haaaaaaan !!!!!!!!!
- Ah héééé !!!!
- Haaaaaaan !!!!!!
- Ahh héééé !!!!!!!
- Haaaannnnnnnnnnnnnnn !!!!
- Jeu, madeumoazèl Sheureupôva.

Maria Sharapova

Oui oui ! Vous avez raison : Roland Garros a commencé ! Et depuis plus d’une semaine maintenant. Si vous avez une vie active, vous n’avez peut-être pas le temps d’être branchées sur France Télévision durant tous vos après-midis. Mais don’t worry ! Entre deux visites désespérées sur le site de Pôle Emploi pour dénicher un job d’été, je trouve le temps de suivre la compétition, et je suis là pour vous narrer avec passion et grandiloquence ce qui a marqué les huit premiers jours du tournoi.

Bon pour vous faire un petit topo sur les « frenchies » de la quinzaine, sachez qu’au jour d’aujourd’hui de là maintenant tout de suite, ils ne sont plus que deux en compétition. Cet après-midi, Marion Bartoli et Gaël Monfils affronteront respectivement Svetlana Kuztnetsova et Roger Federer. S’il s’agit du premier quart de final dans ce tournoi pour la française, Monfils, quant à lui, va tenter de battre le suisse, numéro 3 mondial, qui l’avait déjà empêché d’atteindre la finale en 2008.

Chez les français déjà éliminés, j’ai envie de vous parler de ceux qui ont créé l’exploit. Chaque année, un ou deux français arrivent à créer l’évènement en battant ou en mettant en difficulté un joueur mieux classé qu’eux. Ce fut le cas de Jérémy Chardy ou encore Julien Benneteau. C’est ainsi que le grand public commence à se souvenir de leurs noms. Cette année, parmi les heureux élus de la force battante de Roland Garros, on peut parler bien sur de Stéphane Robert qui a créé l’évènement en battant au premier tour le tchèque Tomas Berdych,  6ème mondial, alors que Robert figure lui à la… 140ème place du classement ATP. Grosse sensation donc de la part du joueur de 31 ans. Malheureusement, sa belle aventure a pris fin face à Fabio Fognini (oui vous savez celui qui a un nom de pâtes Panzani « Humm les nouvelles Fognini, 5 minutes au micro-ondes, et c’est un régal ! »… Non vous ne trouvez pas ?) qui l’a sorti en trois sets seulement.

Caroline Garcia, 17 ans (à cet âge-là moi je tentais encore de comprendre les règles du comptage de points « Mais pourquoi 30A ? ») n’est pas passée loin elle aussi de l’exploit face à la russe Maria Sharapova (si vous savez la nana qui se dandine dans les clips de son espagnol de mec Enrique Iglesias (OH MON DIEU ! On me précise dans les commentaires que contrairement à ce que je veux laisser paraitre, je ne suis absolument pas au jus en ce qui concerne les relations chanteur espagnol-joueuse de tennis, puisqu’en effet Enrique est bien avec Anna Kournikova et non Maria Sharapova. Mais trop de « a », moi je m’y perds. Mais bon, c’était pour voir si vous suiviez, bien entendu…). Au deuxième tour, Caroline a réussi à prendre un set à la tsarine qui l’a finalement battue en trois manches. La française qui a impressionné le britannique Andy Murray (qui a twitté son admiration pour cette joueuse qu’il découvrait) a surement été victime de sa jeunesse, et du mental d’acier de Maria qui n’a pas accepté de se laisser-faire-face-à-une-gamine-nanméo !! Caroline Garcia est cependant toujours en lice dans le tournoi Junior, et a de très bonnes chances de faire un joli parcours chez les jeunes.

Stéphane Robert / Caroline Garcia : les sensations françaises de ce Roland Garros

Mon chouchou Jo-Wilfried Tsonga a perdu. Non il n’a pas fait d’exploit, mais je l’aime bien, alors j’ai envie de parler de lui. Non cette année il n’a pas déclaré forfait pour blessure (bouhh la mauvaise langue que je suis), mais il s’est incliné en 16èmes de finale, face au suisse, Stanislas Wawrinka, en cinq sets : 4-6, 6-7, 7-6, 6-2, 6-3.

Richard Gasquet, ayant retrouvé un bon niveau après son passage à vide, aurait pu aller plus loin que les 8èmes de finale s’il n’avait pas rencontré l’homme en forme du moment, le pitre des vestiaires, celui que personne n’arrive à profondément détester, j’ai nommé Novak Djokovic. Nole, de son p’tit nom, est invaincu depuis 41 matchs et deviendra n°1 mondial s’il parvient à atteindre la finale.

Novak Djokovic : le favori du tournoi

Ce qu’il faut aussi retenir d’un point de vue tennistique, c’est que le tenant du titre et quintuple champion de Roland Garros, Rafael Nadal, a eu du mal à atteindre les quarts de finales. Son premier tour face à l’américain John Isner s’est déroulé en cinq sets, fait rare pour l’espagnol qui perd très peu de manches Porte d’Auteuil. Au second tour, il lui a fallu plus de trois heures pour venir à bout de Pablo Andujar. Ceci justifie la perte de son statut de favori pour ce tournoi, et ce au profit du serbe Djokovic.

Chez les femmes, on peut remarquer que les têtes de série ont toutes été éliminées, pouf dehors ! Alors que chez les messieurs, les cinq premiers du classement sont encore en lice. Cela confirme que le classement féminin n’est pas aussi représentatif d’une supériorité flagrante comme peut l’être celui des hommes avec des joueurs comme Nadal, Federer ou Djokovic qui laissent peu de victoires à leurs adversaires.

Mais à Roland Garros, on peut aussi parler autre chose que technico-tactique comme dirait l’EquipeMagazine. A part Fabio-Barilla-Fognini, vous pourrez remarquer que le tennis est un milieu très alimentaire, avec Marcel Granollers avec qui, je vous le rappelle, « il ne faut jamais pariez que vous n’en prendrez qu’un ». (je suis désolée pour cette référence culinaire, mais là c’est l’heure du goûter, alors je n’ai pas pu m’empêcher)

Sinon à Roland Garros on trouve aussi des sosies-pas-trop-sosies-mais-un-peu-quand-même-y’a-un-air. Comme par exemple Marion Bartoli et Lola de Un Dos Tres (oui avant RG je passais mes après-midi devant W9).

Marion Bartoli/Beatriz Luengo : LES MEMES !! Ahah .. Non ?... Bon ben non alors.

De toute façon, je fais c’que j’veux, c’est mon article, je trouve des ressemblances entre qui je veux, okay ??

Bon c’est pas tout ça, mais y’a Gaël et Roger qui m’attendent, alors je vous laisse avec les cordes vocales de Maria Sharapova, qui va bientôt se faire décibellement anéantir par l’italienne et tenante du titre Francesca Schiavone.

http://www.youtube.com/watch?v=1isXOWvH7Uc

 

Manchester United remporte son 19ème titre !

14 mai 2011 |  by  |  Foot

A une journée de la fin de la Premier League Anglaise, les Red Devils ont enfin assuré leur place de champions ce samedi face aux Blackburn Rovers en leur arrachant le nul (1-1).

Un point, c’était ce qu’il leur fallait pour officialiser leur 19ème titre de champions d’Angleterre, dont 12 menés par Sir Alex Ferguson.

Ce point, ils l’ont obtenu sans grande surprise, mais pas si aisément. Preuve en est à la 20ème minute de jeu alors qu’Emerton, sur un centre d’Olsson, transforme sa première occasion sans laisser sa chance au discret Kuszczak. S’en suivent de nombreuses tentatives mancuniènes, infructueuses. Olsson a même été tout proche d’assommer les Reds à la 38ème minute.

Au retour des vestiaires, c’est une équipe de Blackburn confiante, dynamique et motivée que Manchester retrouve. C’est suite au penalty concédé par Robinson, qui effectue une faute sur Hernandez, que Rooney décroche le point tant attendu à la 73ème minute de jeu. Un match nul pas si spectaculaire, mais qui suffit à Manchester.

 

L'équipe de blackburn aura tout fait pour ralentir l'ascension au titre de Manchester united.

C’est donc sur ce but inespéré que Manchester United remporte son 19ème titre de champions, soit un de plus que son éternel rival Liverpool. Un record historique, tout comme celui détenu par son entraineur emblématique, Sir Alex Ferguson avec ses 37 trophées acquis depuis ses débuts d’entraineur. La saison 2011-2012 promet déjà d’être passionnante.

Malgré tout, Sir Alex garde les pieds sur terre et rappelle que 6 des 7 matchs disputés à l’extérieur cette saison avant Noël n’ont été que des nuls, problème auquel il pense déjà à remédier la saison prochaine.

Le prochain challenge pour les Reds Devils cette année ? La ligue des champions bien-sûr, et sa finale Manchester United – FC Barcelone le 28 mai prochain à Londres, ce match sera sans doute l’un des plus beaux de l’année !

Siham Touil vous dit tout sur Lionel Messi !

1 mai 2011 |  by  |  Foot, Légendes du sport

Dire que Messi a failli ne pas être footballeur !

Lionel Messi ou Leo sur les terrains de football, les enceintes des stades, dans les rues de Barcelone, sur les lèvres des férus de ballon rond. Cet argentin n’est pas qu’un simple footballeur. Il est un magicien aux multiples Ballon d’Or. Il est un artiste aux pieds fantastiques. Qu’il soit en pointe, sur le côté droit ou gauche, lorsque débute les quatre-vingt dix minutes, le spectacle ne peut être qu’au rendez-vous. Entre dribbles, cavalcades à en donner le tournis, il est sans conteste l’attaquant numéro un au monde ! Nombreuses sont les personnes à le comparer à Diego Maradona, de son temps. Mais si on peut parler d’élève, alors celui-ci semble dépasser le maître…

Pourtant ce petit bonhomme, qui mesure moins d’un mètre soixante-dix, a failli ne pas être footballeur professionnel. En cause, une maladie des os qui ne lui a pas permis d’avoir une croissance normale. En effet dans les années 90, même si son talent est déjà repéré très tôt, aucun club ne s’engage à payer un traitement hormonal qui peut lui permettre d’aller contre cette maladie. Pourtant, le prodige déclasse bon nombre de joueurs n’ayant pas son gabarit.

Finalement ce n’est pas en Amérique du Sud mais de l’autre côté de l’Atlantique, en Catalogne, que sa carrière débute véritablement. Là, il réalise des tests, signe son contrat et intègre la Masia. Un fameux centre de formation dans le monde du football, soit celui du FC Barcelone ! La structure accepte de prendre en charge les soins médicaux. Une aventure qui débute et quelle aventure !

Le premier match de l’attaquant ? Un certain Porto – FC Barcelone. A 16 ans, il évolue avec les pros pour la première fois et depuis il est le bijou de son club. Lorsque l’on prononce Barça, Messi va avec. Réel retour gagnant pour les « ennemis » du Real Madrid. Léo le leur rend bien avec de superbes réalisations.

On vous laisse les images de l’histoire de Messi…