Posts Tagged ‘girly’

Strobe Edge

3 juillet 2011  |  Coups de coeur

Hiiiiii, l’accro du shojo en moi a été plus que gâtée il y a à peine quelques jours. Une après-midi entière dédiée à mon addiction.

Et je l’avoue : j’ai pleuré devant le tome 10 de Sawako (je pleure à chaque tome devant tant de mignonnerie, je me fais un tantinet auto-pitié), mon cœur a fait dix mille bonds en lisant le tome 7 de Cat Street (ce même cœur saigne à la simple pensée qu’il n’en reste plus qu’un), mais j’ai aussi eu le plaisir de découvrir une nouvelle série !

Je crois l’avoir déjà dit d’ailleurs, mais je suis admirative du catalogue shojo Kana. Pendant longtemps, j’ai trouvé que bouder le genre était leur gros défaut. Mais depuis qu’ils s’y sont mis, je vais de coup de cœur en coup de cœur. A chaque fois, des histoires de qualité (bon, d’accord, ça reste des histoires d’amour un peu nunuches, mais les scénarios tiennent toujours vraiment la route, les personnages sont hyper attachants et bref, j’y trouve exactement tout ce que j’attends d’un bon shojo), les dessins sont beaux…Bref, du tout bon !

Parlons donc de Strobe Edge, un shojo de Io Sakisaka (qui à priori n’a rien eu de publié en France avant).

C’est l’histoire de Ninako, une lycéenne comme les autres, qui ne s’est jamais plus intéressée que ça aux trucs ‘de filles’, à l’inverse de ses copines. Le vernis, les trucs girly, les mecs, tout ça ne lui fait ni chaud ni froid. Pourtant, les filles de sa classe ont décidé pour elle qu’elle était raide dingue de son meilleur ami, qui lui même n’a pas l’air désintéressé…Ninako ne ressent rien de spécial, mais après tout, elle n’a aucune idée de ce qu’est l’amour…Jusqu’à ce qu’un peu par hasard, elle se rapproche de Ren, garçon aussi beau que glacial, d’après ce qu’on lui en a rapporté. A sa grande surprise, il n’est pas aussi cruel qu’on le lui a laissé penser, et surtout, elle n’est pas aussi insensible à son charme qu’elle ne le croyait jusque là…

Si tu as déjà lu plus de 3 shojos, tu te diras sans doute que tout ça n’a rien d’original. SAUF QUE, perso, c’est comme pour les comédies romantiques américaines. Je ne veux pas de l’incroyablement original, je veux du choupi, du drôle, de l’émouvant. Et j’ai eu mon compte avec Strobe Edge, qui m’a fait terminer ces deux premiers tomes le sourire aux lèvres (et avec l’envie de hurler très fort ‘Aaaaah qu’est ce qui va se passer ??? Aaaaah !!!’, aussi).

Bref, un joli coup de cœur que je ne saurais que te recommander, si tu es du genre fleur bleue ascendant guimauve (mais pas complètement niaise non plus, bien entendu).

Strobe edge, Tome 1 sur Amazon

Divine Nanami tome 1

11 juin 2011  |  Non classé

Ouais ! Un nouveau shojo !

Bon, ça ne sera pas le titre du siècle, mais c’est rigolo, et y’a des yokais, donc c’est cool :)

Nanami est une ado comme les autres, mais qui se retrouve à la rue et sans le sou quand son père accro au jeu et criblé de dettes fuit et la laisse gérer seule ses créanciers. C’est ainsi qu’elle fait la rencontre d’un homme farfelu et étrange, qui finit par lui offrir sa demeure et ses domestiques, en lui disant qu’elle n’a plus qu’à s’y rendre pour prendre possession de sa nouvelle maison…

Mais quand elle y arrive, ce n’est pas une riche demeure, mais un temple tout pourri qu’elle a sous les yeux. Et pire, les yokais qui habitent les lieux lui expliquent la situation. L’homme qui lui a fait ce cadeau étant le dieu des lieux, ayant déserté depuis de nombreuses années, elle en est par conséquent la nouvelle déesse.

Devenir déesse d’un temple quand on est une banale lycéenne ? Pas évident, surtout quand le job consiste à 1) faire le ménage, 2) user de pouvoirs magiques que l’on n’a jamais eu, 3) se coltiner le caractériel Tomoé, yokai qui a toujours été au service de l’ancien propriétaire des lieux (et accessoirement très beau jeune homme-renard).

Mais Nanami a du caractère à revendre, et va vite découvrir deux choses. D’abord, ce temple n’est pas si pourri, et en plus, Tomoé n’est pas aussi méchant qu’il le laisse paraitre…

Voilà, Divine Nanami c’est rigolo et chou, sans doute pas le manga de l’année mais un petit shojo qui se lit avec plaisir, ce qui perso, me suffit amplement.

Divine Nanami, Tome 1 sur Amazon

Des suites ! (spécial manga)

20 mars 2011  |  Coups de coeur

Et voici donc de nouvelles suites de mangas déjà chroniqués par ici, mais que je ne peux que continuer à te conseiller très fort (le lien sur le titre, c’est la chronique, le lien sur le nouveau tome, c’est vers Amazon).

D’abord Cat Street, dont le tome 5 vient de sortir, et qui est clairement en passe de devenir mon shojo préféré. Par la mangaka à l’origine d’Hana Yori Dango, qui occupe une place particulière dans mon cœur, Cat Street est vraiment trop mignon. Il traite avec finesse d’un sujet tabou au Japon (et ailleurs), ces jeunes qui finissent par vivre reclus chez eux. C’est une jolie leçon d’amitié et de courage, avec juste ce qu’il faut de romance pour que je finisse chaque tomes avec des papillons pailletés devant les yeux. Mon âme de midinette est comblée.

Il y a aussi Sawako, dont le neuvième tome est paru. Et qui va sûrement devenir mon deuxième manga préféré. Marrant comme ces deux titres parlent de sujets sombres avec humour et finesse. Ici, une fille très timide a toujours été rejetée parce qu’elle faisait peur à ses camarades, qui lui trouvait plus d’une ressemblance avec Sadako, la chevelue de The Ring. Et puis un jour, un garçon lui tend la main, et elle va petit à petit s’ouvrir au monde…Très beau et tendre.

C’est aussi le tome 3 de Hotaru, dont tu avais entendu parler sur Madmoizelle. L’histoire d’une fille qui a toujours préféré la glande à l’art de la séduction, et qui se retrouve en couple avec l’homme idéal. Et là voilà qui galère sévèrement pour paraitre séduisante (oui parce que bon, la vérité ne sera jamais vraiment reluisante). Ce troisième tome marque l’arrivée d’une rivale, qui a tout pour elle…

Et puis enfin Nanja Monja, le deuxième tome. Un de mes petits coups de cœur. Une histoire qui mêle les genres, pleine de bonne humeur et d’humour. Ou comment le quotidien d’un ado qui vient de perdre son grand-père, la seule famille qui lui erstait, se retrouve bouleversé par l’arrivée d’une fille pas comme les autres…De l’aventure, de l’amitié, de l’humour, et tout un monde rigolo et magique. Un vrai petit plaisir.

Des suites !

Et voici donc quelques suites de séries biens (toujours aussi biens) !

D’abord de la très jolie bd poétique, avec Petit Pierrot tome 2. De grandes et magnifiques illustrations, une très jolie manière de dépeindre l’enfance, un petit univers qui fait du bien. Je t’en parlais déjà à l’occasion de la sortie du tome 1 par ici, par là tu peux en prendre pleins les mirettes, et Petit Pierrot sur Amazon.

Ensuite, le tome 2 d’Aspic, qui conclue l’enquête initiée dans le premier opus. Toujours un dessin très bon et original, et une histoire pleine de peps mais aussi bourrés de clin d’œil à la littérature (notamment à un certain Sherlock Holmes). Pour la chronique c’est par là, et pour le trouver sur Amazon c’est .

Côté comics, le délicieusement débile Tony Chu remet ça. Dans une Amérique où le poulet est devenu interdit à cause de la grippe aviaire, le détective cibopathe part à la recherche d’un fruit mystérieux. Des vampires, des espions, des cuistots, des flics bioniques et des bastons crétines. Un petit bonheur. Je t’en parlais pour le premier volume, et il est dispo sur Amazon.

Et enfin, rayon manga, le deuxième tome de Fight Girl sort cette semaine. De l’amour, de l’action, de l’humour débile, une héroïne aussi naïve que balèze, une vraie petite sucrerie. La chronique c’est par là, et le lien amazon par .

2010, le très très meilleur (qui peut servir de mine d’idées cadeaux de dernière minute)

Bon, je n’ai pas complètement fini mes chroniques de l’année, mais j’ai envie, aujourd’hui, de dresser un petit bilan très personnel de ce qui a été, selon moi, le meilleur de la bande dessinée, du manga, et du comics (même si pour cette dernière catégorie, j’en ai moins lu) sur tout 2010. Je me dis que ça peut aussi te servir, jeune madmoizelle, à piocher pour trouver quelques idées cadeaux, à J-4. Histoire de briller de mille feux sous le sapin, lors du déballage de cadeau. (les liens sur les titres renvoient vers les chroniques, histoire de te faire une idée).


D’abord. Rappelons la meilleure bd de 2009, et d’ailleurs la meilleure bd du monde à mes yeux. Sublime, émouvante, sexy et délicieuse. Mauvais Garçons, de Dabitch et Flao. Comment te dire. Le dessin de Flao, la plume de Dabitch, des mauvais garçons et du flamenco. Un genre d’équation parfaite.

Cette année, l’histoire la plus touchante, la bd qui m’a collé un sourire en béton armé pour plusieurs heures, c’est Lydie. Une histoire d’amour entre une mère et sa fille décédée, entre cette maman que le sort abime, et tous les habitants de sa rue, qui se plient en quatre pour la voir sourire…

La bd la plus poétique, troublante et étrange, c’est Cœur de Papier. Une histoire sur l’enfance, l’amitié, la maladie, mais bien plus encore…Pleine d’onirisme, de rêveries, de cruauté et de beauté.

La plus adorable bd romantique, c’est Comme ton Ombre, avec au scénario l’auteure de la Rose Écarlate. Un premier tome tout frais et mignon, qui se dévore comme une sucrerie.

La meilleure série fantastique, c’est Zombillénium, d’Arthur de Pins. Drôle et à mille lieue des titres habituels du genre, l’auteur y distille son dessin génial et son talent pour les dialogues qui font mouche. Les monstres c’est plus ce que c’était, et plus d’une Madmoizelle a adoré…Juste derrière quand même, je voudrais reparler de Chambres Noires, une histoire de fantômes et d’escrocs, drôle et barrée, avec un dessin très très beau.

La meilleure série comics, c’est Fables, qui est juste absolument géniale. Le monde des Fables, dans les Etats-Unis d’aujourd’hui. Plusieurs d’entre vous ont déjà succombé…Toujours en comics, une jolie surprise qui s’appelle Scalped, un premier tome violent et prenant, dans la moiteur d’une réserve indienne…

La meilleure série manga, c’est sans conteste Pluto, qui se retrouve d’ailleurs en sélection un peu partout dans les festivals. Une histoire mi-polar mi-SF, un hommage au père du manga comme on le connait aujourd’hui, Tezuka, et tout le talent d’Urasawa, peut-être le meilleur mangaka, et assurément un scénariste de génie. Je n’oublie toutefois pas mon péché mignon, le shojo, avec Cat Street, la nouvelle adorable série de l’auteure d’Hana Yori Dango

Et puis il y a les meilleures suites, parce qu’il y en a deux ex aequo. Freaks’ Squeele, la série aussi géniale que barrée sur des wannabe super héros un rien loser, et Geek and Girly, mon coup de cœur à moi. Malheureusement l’éditeur arrête la publication, mais les deux adorables auteures ont promis de continuer la série sur un autre support !

La palme du plus beau dessin compte également des ex aequo, avec le merveilleux Yaxin the Faun, et le fabuleux Dernier des Mohicans. Je pèse mes mots hein, avec ces deux bd je me suis pris une claque à chaque case.

Ensuite on fait encore plus fort avec un double ex aequo, parce que je serais incapable de les départager. Je décerne le prix (très subjectif, je suis toute seule comme jury, héhé) de la bd la plus drôle, et de la bd la plus stylée à Manabé Shima, le carnet de voyage le plus classe, le plus hilarant, le plus génial du monde, par le tout aussi génial Florent Chavouet, et à Monkey Bizness, qui, derrière un titre digne d’un son de rap US, une couverture chatoyante, et un éditeur qui déboite (sans compter des auteurs au CV plutôt classe : ce sont les mecs des Lascars) cachent une merveille d’humour crétin, de violence gratuite, et de répliques cultes, ça a été ma plus grosse meilleure surprise de l’année. Je m’attendais à un truc pas mal, j’en suis ressorti K.O.

Enfin, la Madmoizelle de l’année, c’est clairement Milady de Winter, aussi sexy qu’effrontée, battante et séductrice. On adore la détester, et puis elle en a tellement bavé qu’on s’attache quand même à elle. C’est une peste, oui, mais une adorable peste…Juste derrière tout de même, la douce Elinor Jones. Tout le contraire de Milady par le caractère, mais pleine de rêve et de créativité. Une héroïne romantique et en même temps très moderne (l’histoire se passe à l’époque victorienne).

Et puis bien sûr, pour d’autres bd, il y a les chroniques bd de Pénélope !

Voilà voila. Une année riche en découverte, en nouveaux talents, en amûûûr, en humour crétin et en dessins qui te mettent une claque. Une année délicieuse en somme, que j’ai aimé partagé avec vous toutes, Mesdemoizelles (instant émotion). Et avec 2011 c’est reparti pour un tour !