L’Astragale

12 octobre 2013  |  Bande dessinée, Coups de coeur

Albertine Sarrazin n’avait même pas trente ans quand elle est décédée d’une erreur médicale, mais elle eu le temps de marquer le paysage littéraire français par trois œuvres autobiographiques parues entre 1965 et 1967, année de son décès. L’Astragale et La Cavale parurent simultanément, la Traversière ensuite.

Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg adaptent ici L’Astragale en bande dessinée.

Anne a 19 ans quand elle s’enfuit de prison. Elle se brise un os de la cheville, l’astragale, et ne doit la réussite de son évasion qu’au beau Julien qui lui vient en aide et la planque. Pendant qu’elle est immobilisée dans un petit lit, lui vient de temps en temps lui rendre visite à l’improviste, entre deux petites embrouilles. C’est le début d’une histoire d’amour tumultueuse. Ils sont tous deux en cavale, ont du caractère à revendre et chacun de leurs instants passés ensemble sont électriques et sauvages.

C’est la France de la fin des années 50, et la liberté flamboyante d’Anne n’est du goût de personne. Petit oiseau au regard de braise condamné à se bruler les ailes, mais qui le fait avec passion.

Le roman, qui raconte entre les lignes la vie d’Albertine, dont Anne est le double, est ici superbement adapté, et remarquablement servi par le dessin léger, sensuel et pétillant de Terkel Risbjerg. On retrouve dans cette bd ce mélange délicat de poésie et de réalité, entre argot de petits voyous et grandeurs des sentiments. Pendant 220 pages on suit la frêle Anne, qui semble si fragile, mais qui pourtant jamais ne se brise. Elle pose sur tout et tous ses yeux noirs envoûtants, semblant en même temps juger ses contemporains et bouillir d’envie de dévorer la vie. Mais il y a d’abord cet astragale en miette, qui la contraint à être dépendante, avant que ce ne soit l’amour qui la retienne malgré elle.

Très bien construite, la bd nous emmène avec elle, dans le tourbillon qu’est sa vie. Et toujours ce regard qui habite chaque case comme il envahit déjà la couverture. Le dessin en noir et blanc donne une grande place à la nuit, aux cachettes, aux secrets. Les corps, leur gestuelle, leurs failles prennent souvent le pas sur les mots pour raconter l’histoire, donnant encore plus d’énergie au récit et à l’héroïne.

Une très belle adaptation d’une œuvre atypique, qui raconte autant le destin d’une jeune femme que la société sur le point d’imploser dans laquelle elle évolue.

Retrouvez L’astragale sur Amazon et chez votre libraire préféré.

Les gens normaux (paroles lesbiennes gay bi trans)

Les gens normaux, ce sont dix témoignages recueillis par le scénariste Hubert (Miss Pas Touche, Beauté, La ligne droite…) auprès d’homosexuels, bisexuels, transsexuels, et mis en image par des dessinateurs talentueux(Cyril Pedrosa, Virginie Augustin, Zanzim, Alexis Dormal, Jeromeuh, Simon Hureau, Merwan, Freddy Nadolny Poustochkine, Freddy Martin, Natacha Sicaud et Audrey Spiry). Le projet a été initié en 2011 en collaboration avec le Centre Lesbien, Gay, Bi, Trans de Touraine, mais les témoignages ont finalement été recueillis un peu avant la présidentielle de 2012, quand la question du mariage pour tous commençait à devenir électrique.

Au fil de ces 230 pages, on nous parle d’amour, de famille, d’éducation, de discrimination au travail, de maladie, de la situation dans des pays où l’homosexualité est considérée comme un délit, de religion, de désir, d’identité. Les témoignages sont tous aussi différents que passionnants, apportant à chaque fois un éclairage nouveau sur la question. Mais quelle question d’ailleurs ? Celle auquel répond le titre. Les homosexuels, les bissexuels, les transsexuels sont-ils normaux ? Chaque histoire est d’abord celle d’une vie, jalonnée de bonheurs et de drames qui les ont amené là, à se raconter face à Hubert.

Si cette bande dessinée raconte les hommes et les femmes, leurs sentiments, leurs émotions, leurs craintes (la peur de deux mamans face aux futures remarques que subiront leurs enfants à l’école, la perte de son amoureux à cause du sida, les relations parfois difficile avec ses parents, dls perpétuels mensonges au travail par peur de perdre sa place), ce sont aussi des explications claires et très intéressantes sur des sujets plus techniques : comment se passe une insémination, quel traitement doit-on prendre aujourd’hui quand on est atteint du sida, comment se déroule une opération pour changer de sexe…

Tout en noir et blanc, publié dans la très belle collection Écritures de Casterman, Les gens normaux fait du bien, en donnant une voix à ceux dont les médias parlent beaucoup tout en leur laissant rarement la possibilité de s’exprimer. Les histoires sont entrecoupées de textes écrits par des chercheurs (Eric Fassi, Maxime Foerster, Florence Tamagne, Louis-Georges Tin, Michelle Perrot), et l’ouvrage est préfacé par Robert Badinter.

Les gens normaux, c’est un livre beau, juste, et nécessaire. Un concert de voix réunies et racontées avec justesse par des auteurs qui s’effacent derrière les mots.

Les témoignages sont très émouvants, parfois violents, et nous invitent à nous interroger constamment. Ce sont des histoires intimes et pourtant universelles, qui ne peuvent que profondément nous toucher.

Retrouvez Les gens normaux sur Amazon et chez votre libraire préféré.

Eve sur la balançoire – Conte cruel de Manhattan

Eve a 16 ans quand, en 1901, elle emménage à New York avec sa mère et son frère. Elle devient modèle pour le peintre James Caroll Beckwith, puis pour d’autres. Elle prend aussi la pose pour des photographes, et devient une véritable icône de publicité. Dentifrices, parfums, cigarettes, corsets, la beauté d’Eve sert toutes les réclames. Peu à peu, ses tenues deviennent plus légères, les poses plus suggestives. Mais Eve est encore une enfant, elle vient de Pittsburgh et ne sait rien de la cruauté du monde. Et puisque tout est fait avec la bénédiction de sa mère, qui met d’ailleurs toute son énergie pour trouver de nouveaux contrats à sa fille, où serait le mal ? Elle commence aussi à faire un peu de théâtre, de cinéma…

Elle rencontre Standford White, un des architectes les plus éminents de l’époque, qui contribue à façonner le New York du début du siècle. Ogre croqueur de jeunes filles, il couvre Eve de présents et l’invite très régulièrement à festoyer chez lui…

« Il n’avaient qu’à être moins beaux : on ne les aurait pas capturés ! Tant pis pour eux…« . c’est ce que dit Standford à Eve en lui offrant une étole en renards blancs. Cette phrase décrit si parfaitement la vie d’Eve, remarquée pour sa beauté, et qui comme un papillon s’approche toujours plus de la lumière et risque bien de se brûler les ailes. Difficile de faire les bons choix quand le bonheur simple ne peut faire ombrage à l’éclat du succès et de l’amusement, même s’il dissimule des choses bien moins jolies.

Eve sur la balançoire nous raconte un petit bout de la vie d’Eve Nesbit. De son ascension vers le succès, quand elle était surnommée par les journaux ‘l’Eve américaine’, jusqu’au fait divers qui la rendit malheureusement bien plus célèbre encore. Car plus encore que son visage, c’est son rôle dans ‘le procès du siècle’ qui fait qu’elle est aujourd’hui encore dans les mémoires.

Nathalie Ferlut livre ici une biographie passionnante et très documentée, où l’on croise d’autres personnages marquant du New York du début du XXème siècle. L’histoire démarre quand Eve a tout juste 16 ans, et s’achève quand elle en a 22.

L’atmosphère de la ville est parfaitement retranscrite, notamment l’ambiance nocturne. Eve est intéressante pour son histoire tragique, mais aussi parce que, comme l’explique l’auteure dans le dossier final, ‘Evelyn fut la première d’une intarissable cohorte de jolies filles érigées en déesses éphémères par les journaux, les théâtres et les studios de cinéma et de télévision.’.

Le trait de Nathalie Ferlut est très fin, délicat, pétillant, et suit parfaitement la personnalité de son héroïne. A part quelques cases où la colorisation m’a semblé manqué un peu de finesse, elle est très réussie, s’inspirant notamment des techniques des peintres impressionnistes (dont James Caroll Beckwith faisait partie) apportant beaucoup de légèreté, un côté un peu froufroutant, plein de l’énergie et de l’enthousiasme de la jeune fille. Les tonalités choisies, un peu passées, sont toutes en douceur.

C’est une histoire à la fois tragique et captivante, et une très jolie bande dessinée.

Le tumblr de Nathalie Ferlut
, où vous pourrez découvrir quelques jolis extraits de la bd.

Retrouvez Eve sur la balançoire – Conte cruel de Manhattan sur Amazon et chez votre libraire préféré.

Off Road et Punk Rock Jesus – Sean Murphy en deux one-shot

28 septembre 2013  |  Comics, Coups de coeur, Mes incontournables

Punk Rock Jesus de  Sean Murphy est encensé de toute part et parait ces jours-ci en version française chez Urban Comics. L’éditeur en profite pour également publier son premier titre, Off Road. Une occasion à ne pas manquer pour découvrir l’univers et surtout l’étendu du talent de cet auteur, qui a notamment travaillé sur la série Hellblazer et sur une histoire du spin-off d’American Vampire, American Vampire Legacy.

Off Road

Trent est un étudiant aux Beaux-Arts qui vient de se faire larguer. Il est donc présentement plutôt déprimé. Il part rejoindre son meilleur ami Greg, qui reçoit ce jour-là un cadeau plutôt très cool de la part de son père : une Jeep jaune flambant neuve. Le duo retrouve ensuite Brad, avec qui Trent ne s’est jamais particulièrement entendu. Le seul lien qui les unit tous les deux, c’est Greg, capable de supporter avec le même flegme la sensibilité de Trent et le côté bourru de Brad.

Ils ont une soirée de prévue, mais l’après-midi à tuer. Galvanisés par les paroles du vendeur, ils décident d’aller tester la Jeep en pleine nature. Après tout elle est faite pour ça non ? Mais les sensations fortes tournent court quand la voiture se retrouve embourbée au milieu d’une rivière.

Première création de Sean Murphy, Off Road s’inspire d’une expérience qu’il a réellement vécu. Cette anecdote qui pourrait être banale tourne à la grande aventure au fur et à mesure des pages, que ce soit grâce à la personnalité des membres du trio, aux personnages qu’ils vont rencontrer, mais surtout grâce au grand talent de conteur et de metteur en scène de Sean Murphy. Il parvient à doser parfaitement humour, mélancolie et non-dits pour raconter cet après-midi qui va profondément changer les trois héros. Ils vont mettre leur amitié à l’épreuve malgré eux. Trent et Brad vont devoir affronter leurs démons, mais jamais seuls, et c’est ce qui fait toute la différence. Si l’histoire est très bien écrite, le dessin est tout sauf en reste. Chaque case est aussi belle qu’efficace, et son trait fait la part belle à l’expressivité des personnages, que ce soit dans leurs regards ou leurs postures. Les nombreux plans créent un rythme captivant alors même que les trois héros font du surplace pendant presque toute l’histoire.

Off road est comme un road movie immobile, une belle histoire d’amitié à la fois drôle, puissante et très juste.

Punk Rock Jesus

25 mars 2019, la télé-réalité prend un nouveau tournant. Ophis lance un projet d’émission des plus polémiques, J2. Le concept est aussi tordu que simple : ils veulent cloner le Christ à partir de l’ADN prélevé sur le Saint Suaire, et que l’enfant grandisse devant leurs caméras de télévision. Le docteur Sarah Epstein, célèbre généticienne, va s’occuper du clonage et restera ensuite présente pour suivre le bon développement du petit. Gwen, une jeune vierge de 18 ans, portera le bébé. Thomas Mc Keal, ancien membre de l’IRA, sera responsable de la sécurité de tout ce petit monde. Tim s’occupera de tout ce qui concerne l’informatique. Le tout supervisé par Rick Slate, un producteur qui semble dépourvu de tout scrupule quand il s’agit d’audiences.

Sur plus de 200 pages, nous allons suivre la naissance, l’enfance, l’adolescence de ce Jésus version 21ème siècle. Mais contrairement au public qui se repait de ses miracles et de toute la polémique engendrée par l’émission à travers les médias, c’est de l’intérieur que l’on va découvrir l’histoire.

Fable moderne et violente critique de la société américaine et de l’extrémisme religieux, Punk Rock Jesus risque de marquer durablement les esprits de tous ceux qui le liront. Dernier ouvrage signé Sean Murphy paru aux États-Unis, l’histoire habitait pourtant l’auteur depuis de nombreuses années. Comme il le raconte dans la préface d’Off Road, un ami lui a conseillé de prendre son temps pour cette histoire. Bien lui en a pris puisque l’intrigue de ce comics à part a évolué en même temps que le regard de Sean Murphy sur la religion changeait (ce qu’il explique cette fois dans la postface de Punk Rock Jesus). Le résultat est un one-shot violent, sombre, sans concession et incroyablement bien écrit. Le propos est fascinant, les personnages complexes et attachants,  et l’auteur a un talent dingue pour développer au compte goutte les relations entre eux, entre instants, regards et non-dits, nous laissant lire entre les lignes la vérité de ce huis-clos hyper médiatisé.

Punk Rock Jesus n’en oublie pas pour autant d’être blindé de scènes d’actions explosives, et on pourrait finir par oublier de respirer tout le temps de la lecture, suspendus au regard plein de fragilité de Chris et à celui froid et dur de Thomas. Le dessin de Sean Murphy est encore plus beau et maitrisé qu’auparavant, racé et bourré d’énergie, on se retrouve souvent à s’arrêter pour admirer une case, une planche, avant de reprendre sa lecture avec avidité. Comme pour Off Road, l’ouvrage est en noir et blanc, donnant encore plus de puissance aux émotions brutes qui se dégage du récit.

Une vraie bombe, à découvrir absolument.

Retrouvez Off Road et Punk Rock Jésus sur Amazon et chez votre libraire préféré.

Saga, Bad Ass, Yotsuba&, les trésors de Tsukasa Hojo – Les jolies suites

Voici quelques jolies suites à ne surtout pas manquer !

Saga tome 2, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples

Saga rafle actuellement de nombreux prix prestigieux aux États-Unis, à juste titre. Ce comics scénarisé par l’ultra talentueux Brian K. Vaughan, notamment remarqué pour Y le Dernier Homme, est une série de SF pas comme les autres. Mêlant histoire d’amour, guerre intergalactique, chasse à l’homme haletante et relations diplomatiques entre les différents peuples, cette série est passionnante, fascinante, riche en émotion et remarquablement construite. Les deux auteurs ont imaginé tout un univers dense, complexe et dans lequel on plonge avec délectation. Ce deuxième volume gagne encore en puissance, et on n’est pas loin de se prendre une claque à chaque page. Les dialogues sont souvent hilarants, parfois émouvants, et sonnent surtout très juste. Les personnages sont terriblement attachants, et on s’habitue tout de suite à voir des femmes araignées, des gorilles enflammés ou encore un prince avec une télé en guise de tête. Maintenant que les bases de l’univers sont posées, le duo s’en donne à cœur joie et nous invite à la grande aventure. Le trait de Fiona Staples a gagné en puissance et chaque planche est un vrai plaisir pour les yeux.

Bad Ass tome 2, d’Herik Hanna, Bruno Bessadi et Gaëtan Georges

Après un premier tome complètement jubilatoire, on aurait pu craindre que ce comics made in France s’essouffle un peu. C’est tout le contraire et ce deuxième volume est une vraie tuerie. Le trio d’auteurs est encore plus déchainé, et nous livre ici une présentation explosive de la seconde héroïne de l’histoire : the Voice. Dead End était presque un type sympa à côté de cette psychopathe qui peut contrôler n’importe qui par la pensée, et tuer plus vite qu’elle ne bat ses jolis cils. Et le plus fort, c’est qu’en nous racontant son histoire, les auteurs parviennent à la rendre en même temps complètement détestable et terriblement attachante. C’est remarquablement bien écrit, drôle, très drôle, très trash aussi. Le dessin de Bruno Bessadi, bourré d’énergie, sert parfaitement le propos et c’est un peu comme voir un feu d’artifice de très très près. On a du mal à détacher son regard des pages, même si c’est dangereux. Blindé de références, reprenant parfaitement les codes du comics tout en ayant une personnalité bien à elle, cette série est une vraie petite bombe à mettre entre toutes les mains, ou presque. Car Bad Ass est clairement réservé aux lecteurs avertis.

Yotsuba& tome 12, par Kiyohiko Azuma

Mon amour immodéré pour Yotsuba& n’est plus à prouver. Ce manga est un véritable concentré de bonne humeur, savoureuse arme anti-déprime. Le quotidien de cette petite fille aux cheveux verts n’a rien d’incroyable, mais son auteur a l’art de sublimer les petits riens. Dans ce nouveau tome, Yotsuba va apprendre à faire des nœuds, faire de la peinture, acheter un casque pour son vélo et partir faire du camping. Ça n’a l’air de rien comme ça mais c’est une nouvelle fois joli, poétique, adorable, et on passe tout le temps de la lecture le sourire aux lèvres. Un manga magique à découvrir absolument si ça n’est pas encore fait.

Les trésors de Tsukasa Hojo : Sous un rayon de soleil tome 2 et Le temps des cerisiers

L’éditeur Ki-oon continue de rééditer les histoires courtes du mangaka Tsukasa Hojo, pour notre plus grand plaisir. Il y a d’abord la suite de Sous un rayon de soleil, une série courte où une jeune fille capable de communiquer avec les plantes va aider hommes et plantes à vivre heureux et en harmonie. Et puis Le temps des cerisiers, un recueil de quatre nouvelles. Dont un prequel de Sous un rayon de soleil, mais également d’autres histoires, d’autres destins, parfois teintés de fantastique mais toujours riches en émotion. On découvre ainsi une autre facette de l’auteur des séries cultes City Hunter et Cat’s Eye. Ces histoires sont moins portées sur l’action, mais dépeignent avec délicatesse les sentiments, les liens familiaux, ou encore la naissance des sentiments amoureux.

Retrouvez Saga tome 2, Bad Ass tome 2, Yotsuba tome 12, Sous un rayon de soleil tome 2 et Le Temps des Cerisiers sur Amazon et chez votre libraire préféré.