Simon Hureau, un auteur à découvrir dans deux jolies nouveautés

30 janvier 2013  |  Coups de coeur

Le hasard des sorties a fait que mes deux derniers coups de cœur sont signé du même auteur (l’un où il était seul maitre à bord, et l’autre où il dessine sur un scénario de Rabaté), ç’aurait été dommage de n’en choisir qu’une des deux. L’occasion de vous parler, donc, de cet auteur très talentueux à travers ses deux nouveautés. Il avait déjà notamment signé des titres comme Tout doit disparaitre ou Intrus à l’étrange, Prix du polar à Angoulême l’an passé.

Crève saucisse, de Rabaté et Simon Hureau chez Futuropolis

Didier est boucher, et amateur de bd. Pendant les vacances, il a découvert que sa femme le trompe avec leur meilleur ami. Il ne leur a rien dit mais il rumine dans son coin, devenant fou face à leur petit manège. Et puis un jour, il élabore un plan diabolique…

Rabaté sait raconter le quotidien comme personne, inventant des personnages plus vrais que nature, aussi attachants qu’insupportables par moment. Ici, il a donc confié l’histoire de Didier au trait de Simon Hureau, et l’association de leurs deux talents fait mouche. Car Simon Hureau sait lui aussi donner aux personnages qu’ils dessinent beaucoup d’humanité. Didier, c’est le boucher qu’on pourrait tous avoir et on oublie trop facilement qu’en face de nous, il y a un homme avec ses joies et ses peines, et des secrets plus ou moins inavouables…

Crève saucisse est une histoire pleine d’humour noir, où le boucher à qui l’on a fait pousser des cornes est bien décidé à ne pas se laisser faire…

Le massacre, le musée insolite de Limul Goma, de Simon Hureau chez La Boîte à Bulles

Ici, Simon Hureau fait revenir sur le devant de la scène un personnage de Hautes Oeuvres, une de ses précédentes bandes dessinées éditées chez la Boîte à Bulle (sous le pseudonyme Simon Hache). Limul Goma est un collectionneur, du genre très riche et farfelu. Quand l’histoire d’un objet pique sa curiosité, il sera prêt à tout pour l’obtenir…Cette fois-ci, c’est un trophée de buffle poussiéreux qui l’intéressait, et il a investit une somme folle pour l’obtenir. Pourquoi ? C’est ce qu’il va nous raconter, ainsi qu’aux différents acteurs de son enquête sur l’origine de ce trophée…Il va nous emmener avec lui sur les routes du Cambodge, dans les années 30. Tout commence avec le témoignage de celui qui tua le buffle, et qui vit depuis persuadé d’avoir, par ce geste, entrainé la mort de milliers de personnes…

Cette bande dessinée est un vrai bijou, aussi drôle que passionnant. Limul Goma nous entraine dans une intrigue historique dont on ne sait vite plus démêler la fiction de l’Histoire véridique, tant Simon Hureau s’est documenté, pour ensuite mêler à la réalité son talent de conteur. On découvre le Cambodge des années 30, ses paysages magnifiques mais aussi les drames qui ont touchés son histoire depuis. Les dessins sont emplis de mille détails et les personnages ont beaucoup de caractères . Parmi eux, il y a bien sûr, surtout, ce collectionneur un peu fou, chez qui on aimerait bien entrer pour admirer le véritable cabinet de curiosité qu’est sa maison, tout en l’écoutant nous raconter les histoires incroyables qui se cachent derrière chaque objet.

Crève Saucisse et Le massacre : Le musée insolite de Limul Goma sur Amazon (mais aussi chez votre libraire bd préféré !)

Et petit bonus, sur le site de l’éditeur Ego Comme X, dont Pénélope vous parlait dans sa dernière chronique, vous pourrez découvrir d’anciens livres de Simon Hureau, et d’autres auteurs, en lecture gratuite (dans la catégorie exclusif web). Info trouvée sur le blog d’EspritBD où vous pouvez d’ailleurs lire une interview de l’auteur.


 


Leave a Reply