Bye bye, my brother

11 janvier 2013  |  Coups de coeur

Bye bye, my brother, est un manga en même temps triste et joli. Ironie du sort, l’histoire de sa publication est également en même temps un peu triste mais jolie : son auteur tenait particulièrement à ce titre, une histoire assez courte et sans aucun élément commercial, mais qui était pour lui son œuvre la plus personnelle. Alors qu’il essuyait refus sur refus pour sa publication, il est tombé malade, mais ne s’est pas pour autant arrêté de tout faire pour que son histoire soit éditée. Sa femme a pris le relai le temps qu’il guérisse, et a finalement trouvé un éditeur étranger (et donc français), Casterman (avec la collection Sakka), intéressé par le titre. Pile au même moment, il a finalement été édité au Japon aussi. Le destin est joueur parfois…Même s’il n’est pas commercial, il aurait vraiment été dommage que Bye bye, my brother tombe aux oubliettes car c’est une très jolie surprise…

Nido n’a pas eu une vie facile. A la rue avec son petit frère, après que leurs parents les aient abandonnés, ils ont survécu un moment en vendant de vieux livres trouvés dans les poubelles. Mais son petit frère est mort, victime de leurs conditions de vie trop difficiles. Nido a alors trouvé un exutoire dans la boxe, devenant un jeune champion à la carrière prometteuse…Jusqu’à une blessure à la jambe qui détruit tous ses rêves. Depuis, retour à la case départ, Nido, devenu un adulte triste et renfermé, vend des livres d’occasion dans la rue.

Jusqu’à sa rencontre avec un jeune aspirant boxeur, qui lui rappelle la fougue de sa jeunesse, mais qui ressemble aussi beaucoup physiquement à son petit frère. Il décide alors de l’entrainer, et reprend peu à peu goût à la vie.

Ce manga sportif est un recueil de deux histoires. L’histoire principale donc je viens de vous parler, qui court sur 130 pages environ, puis une nouvelle qui se déroule pendant l’enfance de Nido, alors qu’il vient de perdre son frère. Il y est question de sport donc, mais aussi d’amour familiale, d’espoir, d’amitié, et du destin. La Mort rôde toujours à proximité de notre vie, de nos proches. Elle peut les enlever à nous, comme nous enlever à eux en un instant. Mais plutôt que de s’abandonner à cette fatalité, mieux vaut profiter de chaque jour, et faire de sa vie quelque chose de bien. Yoshihiro Yanagawa raconte ici une histoire pleine de sensibilité et d’émotions. C’est court mais on prend énormément de plaisir à voir Nido reprendre goût à la vie. Graphiquement c’est très très beau. L’auteur a choisi de donner à ses personnages des traits félins, et si l’exercice est parfois difficile, il s’en sort avec brio. Son trait est délicat et plein de poésie, et ses personnages sont en même temps beaux et très expressifs.

Un manga original, un histoire complète courte mais jolie, et qui pousse à réfléchir sur le sens que l’on veut donner à sa vie.

Bye bye my brother sur Amazon


 


5 Comments


  1. Ca me fait penser de loin aux tombeaux des lucioles et donc, même si les périodes sont différentes, je me demande c’est si courant que ça que des enfants vivent dans la rue au Japon ?!

    En tout cas ça me donne bien envie de l’acheter.

  2. Moi ça me fait un peu penser à Kids Return de Takeshi Kitano.
    En tout cas ce manga m’intéresse, j’aime bien la couverture !

  3. Je viens de finir de le lire, acheté cet après midi.

    Je ne regrette rien ! Une histoire magnifique, émouvante. Des dessins très poétiques. Bref, un livre à ne pas manquer !

    Une vraie patte d’artiste !

  4. Alors je l’ai lu et personnellement je suis resté scotché. Il ne m’attirait pas vraiment au départ mais une fois commencé je l’ai dévoré !
    Très touchant et émouvant ! je le recommande grandement aussi bien pour les fans de mangas que pour ceux qui y sont un pense que le manga n’est que du « pif-paf-pouf » (comprenez de la baston)
    Vraiment super !

  5. Beau et sensible. Merci de me l’avoir fait découvrir !

Trackbacks

  1. Semaine « Bye bye, my brother » (3/6) [Up 11/01] « 192 Pages, Noir & Blanc
  2. Bye bye, my brother : la revue de presse « 192 Pages, Noir & Blanc
  3. Bye bye, my brother (Yanagawa) « Bar à Bd

Leave a Reply