Batman Année Un et Rising Stars, deux comics géniaux à rajouter sous le sapin

Il n’est jamais trop tard pour un conseil-cadeau de dernière minute n’est-ce pas ? Bon, la seule condition c’est d’avoir accès à la bibliothèque de la personne à qui vous voudrez les offrir, car le premier est une réédition, sortie en juillet dernier, et le second est une série dont c’est le deuxième tome. Mais s’ils n’y sont pas, vous pouvez foncer les yeux fermés, c’est du très très bon (et puis sinon, c’est aussi un cadeau à vous faire avec les bons cadeaux que vous allez peut-être recevoir).

Batman Année Un

Batman Année Un, qui fait partie de la sélection Angoulême 2013, est un petit bijou noir qui date de la fin des années 80. En 1985, DC décide de donner un coup de jeune à toutes ses séries, et charge des scénaristes de réécrire l’histoire de pas mal de super-héros. Pour Batman, c’est plus compliqué, parce que bon, déjà c’est Batman, et puis que son passé est vraiment intéressant. C’est finalement le grand Frank Miller (Sin City, 300…il avait d’ailleurs déjà travaillé sur la série Batman avec The Dark Knight) qui s’y colle, mais seulement au scénario cette fois. Au dessin, il demande David Mazzuchelli, et force est de constater qu’il a eu raison.

Bruce Wayne revient à Gotham City après de nombreuses années passées à l’étranger. Ses parents sont morts quand il était enfant, et il veut aujourd’hui trouver un moyen de lutter à son échelle contre la criminalité à Gotham. Alors il s’entraine, à peu près discrètement, sur le terrain, à devenir celui que l’on connaitra bientôt sous le nom de Batman. Parallèlement, James Gordon vient d’arriver au sein de la police de Gotham. C’est une mutation disciplinaire, et il aurait préféré tenir sa femme éloignée d’une ville pareil, surtout maintenant qu’elle est enceinte. Flic intègre, il va vite découvrir la corruption de ses collègues, et décider de faire son job, même si ça n’est pas du goût de tout le monde…

Batman Année Un est un polar hyper réaliste, passionnant et génial. Tout le long de ce one-shot (histoire complète), on suit, en parallèle, l’arrivée à Gotham des deux personnages principaux de la série Batman. Ils ne se connaissent pas encore mais partagent le même sens aigu de la justice. Peu à peu, les rouages du destin les rapprochent l’un de l’autre…Frank Miller a su re-créer le héros, mais aussi son univers, en lui donnant une densité exceptionnelle. Tout à coup Batman n’est plus un riche homme d’affaire qui veut se venger, c’est un homme façonné par les drames qui ont jalonnés sa vie et qui, aujourd’hui, ne veut plus que quiconque connaisse les mêmes souffrances. Le commissaire Gordon gagne lui aussi en épaisseur, avec des doutes et des remises en questions qui le rendent plus fort. Miller apporte en fait énormément d’humanité à chacun de ses personnages…car Wayne et Gordon ne sont pas les seules têtes connues à évoluer dans ce Année Un, il y a aussi cette jeune femme, criminelle sublime qui vit entourée de chats…Le trait de David Mazzuchelli colle si parfaitement à l’histoire de Miller qu’on sent tout de suite qu’ils sont fait l’un pour l’autre. Sombre, rétro, beau et réaliste, il nous plonge dans une ambiance de vieux polar 50′s à la sauce Gotham City.

Ce comics est un véritable indspensable pour tous les fans de l’homme chauve-souris. Petit bonus, mais pas des moindres, le comics est agrémenté d’un superbe dossier hyper bien réalisé et documenté, avec des croquis, des extraits de scénarios et de storyboard, une postface des deux auteurs et de nombreux autres documents.

Batman Année Un sur Amazon, vous le trouverez également chez votre libraire !

Rising Stars

J’en avais déjà parlé à l’occasion de la sortie du tome 1, mais ce deuxième tome est l’occasion de remettre le couvert. Sincèrement, aucun amateur de comics ne devrait passer à côté de celui-ci. C’est une série d’une telle qualité, et vraiment si incroyablement cool que tous ceux qui aiment les histoires de super-héros devraient l’avoir dans leur bibliothèque.

J. Michael Straczynski est un mec un peu fou. Créateur de la série Babylon 5, il a décidé de s’attaquer au monde du comics en créant un univers de toute pièce. Et plutôt que de se contenter d’imaginer un super-héros, il s’est dit que ce serait plus rigolo d’en créer…113. C’est ainsi qu’est né Rising Stars. 113 enfants nés dans une petite ville américaine en 1969, après qu’une boule de feu en ait traversé le ciel, développent sans qu’on comprenne pourquoi des pouvoirs plus ou moins exceptionnels. Étudiés mais aussi formés pendant toute leur enfance, ils ne sont pas tous égaux en puissance. Certains peuvent lire dans les pensées, voler, etc…Certains ont pu tirer profit de leur don en devenant adultes, mais d’autres en ont des complètement inutiles, et vivent une vie plutôt banale. Dans le premier volume, conçu comme un polar, on retrouve ces ‘spéciaux’ alors que deux d’entre eux ont été assassinés. Et il est assez clair que c’est un des cent onze autres qui a fait le coup. Alors Poète mène l’enquête, sans pouvoir imaginer où cela va le mener…

Dans le deuxième tome, on retrouve une Amérique bouleversée par les évènements du premier opus, survenus dix ans plus tôt. Les habitants vivent dans la terreur depuis que les spéciaux n’en font plus qu’à leur tête, allant même jusqu’à s’octroyer pour certains la ville de Chicago, sous les ordres de Stéphanie Maas, ou Maas Critique. Et même ceux qui ne veulent aucun mal à leurs concitoyens vivent comme des parias. Alors Poète, Ravenshadow et Chandra, trois des spéciaux qui faisaient partie des héros du premier volume décident d’arrêter les agissements de Maas critique, en espérant ramener la paix.

Ce nouveau tome est tout aussi cool, prenant, et explosif que le premier. On quitte le ton du polar pour de l’action pure, mais on retrouve tous les personnages géniaux rencontrés précédemment. Ils ont vieillis, mûris, et leurs actes sont influencés par leur expérience et leurs réflexions sur ce qu’ils doivent apporter au monde, en contrepartie de ces dons qu’ils n’avaient jamais demandé à obtenir. C’est sans doute là la grande force de Rising Stars, mêler bastons incroyables et réflexions sur le destin, et notre rôle à jouer sur terre. Bien plus profond qu’il n’en a l’air, ce comics nous interroge sur la soif de pouvoir, mais aussi la dualité entre notre envie d’être quelqu’un d’exceptionnel tout en aspirant à une vie paisible. Les personnages de Rising Stars n’ont pas demandés à être spéciaux, mais doivent vivre avec ce fardeau. Cela ne les empêchent pas d’aimer, de haïr, d’avoir des rêves et des aspirations comme tout le monde. Aucun ‘méchant’ ne l’est par hasard et la plupart des spéciaux cachent en eux des souffrances qui font d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui. J. Michael Straczynski prend vraiment le temps de développer les intrigues entre ses personnages, et distille par endroit des détails qui semblent insignifiants, avant de jouer un rôle majeur quelques chapitres plus loin, rendant la lecture encore plus plaisante et prenante. Graphiquement, le trait est classique mais n’en est pas moins superbement réussi, ce qui achève de rendre cette série si indispensable. Rising Stars sera une série complète en trois volumes (le troisième n’étant pas encore paru).

Rising Stars Tome 2 sur Amazon et chez tous les bons libraires.


 


No Comments


Trackbacks

  1. Blog bd - Le meilleur de 2012 | Le blog BD

Leave a Reply