Little Joséphine

29 octobre 2012  |  Coups de coeur

Little Joséphine est un titre de la collection ContreCoeur chez la Boîte à bulles. Une collection où l’on découvre des témoignages à propos de sujets de société.

Ici, Valérie Vilieu, l’auteure, est d’abord infirmière à domicile. Elle nous parle de Joséphine, une dame âgée chez qui elle s’est rendue régulièrement et qui fait partie des rencontres importantes de sa vie.

Joséphine a 84 ans, et elle est atteinte d’Alzheimer. Quand Valérie et son associée deviennent ses infirmières à domicile, elles découvrent une petite mamie méfiante, qui s’est coupée du monde et vit prostrée chez elle la plupart du temps. A force de patience et de persévérance, les deux femmes vont réussir à gagner sa confiance et à établir un lien, aussi ténu soit-il certains jours, avec elle. Dans cette bd mise en image par Raphaël Sarfati, elle nous raconte les jours avec, les jours sans, nous explique comment elles s’y sont prises pour petit à petit créer un lien avec elle. Mais l’auteure nous parle aussi de tout le reste, de ce qui l’a interrogé, dans ce cas précis, sur la manière dont on s’occupe des personnes atteintes d’Alzheimer en France. Des auxiliaires de vie qui se contentent parfois de laisser le repas sur la table, et de noter que Joséphine a tout mangé, et même bu un café alors qu’elle n’y a pas touché, à la personne chargée de sa tutelle qui, trop débordée n’a jamais le temps de jeter un œil à son dossier pour valider l’achat de quelques nouveaux vêtements dont elle aurait pourtant bien besoin.

Valérie Vilieu n’accable personne, car elle est consciente que c’est le système qu’il faudrait changer. Un système qui prend le problème dans son ensemble et va au plus urgent, sans se soucier du cas par cas. Bien sûr c’est du temps, de l’argent, mais ce sont aussi des patients qui finissent par perdre toute autonomie parce que personne n’est là pour les encourager, ne serait-ce qu’un peu.

Little Joséphine, dans le titre comme dans certaines pages, c’est aussi un hommage à Little Nemo, la bd de Windsor McCay. car le petit monde de Joséphine se rapproche finalement de celui, farfelu, des enfants. sauf qu’au lieu d’apprendre et de grandir, elle perd petit à petit ce qui faisait sa personnalité.

C’est un témoignage poignant, qui nous éclaire un peu sur ceux qu’on oublie. Les malades, que leurs familles délaissent parfois, décontenancés par ces personnes qui deviennent de parfaits étrangers, mais aussi leurs soignants qui essaient souvent, du mieux qu’ils peuvent mais avec les moyens du bord, d’aider ceux dont ils s’occupent. C’est aussi une réflexion sur la manière dont le système manque à ses devoirs et oublie parfois son humanité.

Little Joséphine : … Et le vide se répète sur Amazon


 


No Comments


Trackbacks

  1. En chienneté | Le blog BD
  2. Cachés | Le blog BD

Leave a Reply