Archive for octobre, 2012

Les contes de l’Ère du Cobra tome 2

Les contes de l’Ère du Cobra, un de mes plus gros coups de cœur à ce jour, s’achèvent dans le second tome qui parait cette semaine. L’occasion d’en reparler parce que c’est très très très bien.

Enrique Fernandez allie un grand talent de conteur avec un dessin incroyable, et reconnaissable au premier coup d’œil. Sa mise en couleur, éclatante et un peu folle, achève de créer des univers pétillants et merveilleux, du genre à nous en mettre pleins les yeux.

Ici, c’est un hommage aux contes, notamment à ceux des mille et une nuit. Une histoire d’amour pur qui vit bien des épreuves, de rois sans pitié et avides de pouvoir. C’est l’histoire du bonheur qui cherche à s’immiscer, lentement mais sûrement, partout, même là où l’espoir semble avoir déserté.

C’est un conteur qui, sur une scène, nous raconte le destin d’Irvi et de Sian, et de tous ceux qui ont croisé leur route. Il y est question de séparation, de deuil, de haine, mais aussi d’art, de sourire et d’espoir, donc.

Cette série en deux volumes est un vrai bijou, ciselé avec minutie, un spectacle éclatant. A réserver aux grands, car l’histoire est parfois dure, et parfois un peu érotique aussi, mais qui séduira à n’en pas douter tous ceux qui aiment les contes et les histoires d’amour.

Les contes de l’ère du Cobra, Tome 2 sur Amazon

Notes, tome 7, Formicapunk

30 octobre 2012  |  Coups de coeur

Le blog de Boulet n’est plus à présenter et est clairement l’un des meilleurs blogs bd français. Toutes les archives du blog sont éditées, par année, dans la collection Shampooing chez Delcourt sous le titre Notes. L’auteur les ré-ordonne, et y glisse quelques inédits.

Ce septième tome est la compilation des notes parues entre juillet 2010 et juillet 2011. On y retrouve ce qui fait la richesse de l’univers de Boulet, un vrai talent de conteur, beaucoup de curiosité notamment scientifique, de l’humour, et un dessin de très grande qualité, même quand il s’essaye à des styles graphiques différents.

Même s’il y a de nombreux thèmes abordés dans ce tome, le sujet dont il parle le plus ce sont sans doute les univers parallèles. Il aborde les différentes hypothèses sur le sujet, et imagine ce que pourraient être ces monde.

Aussi plaisant à lire pour les fans du blog, qui retrouvent ici une compilation des notes dans un joli format, et auront le plaisir de découvrir quelques inédits, que pour ceux qui ne connaitraient pas encore l’auteur. Et chaque volume se lit complètement indépendamment. c’est beau, drôle, et intéressant à la fois.

Notes, Tome 7 : Formicapunk sur Amazon

Little Joséphine

29 octobre 2012  |  Coups de coeur

Little Joséphine est un titre de la collection ContreCoeur chez la Boîte à bulles. Une collection où l’on découvre des témoignages à propos de sujets de société.

Ici, Valérie Vilieu, l’auteure, est d’abord infirmière à domicile. Elle nous parle de Joséphine, une dame âgée chez qui elle s’est rendue régulièrement et qui fait partie des rencontres importantes de sa vie.

Joséphine a 84 ans, et elle est atteinte d’Alzheimer. Quand Valérie et son associée deviennent ses infirmières à domicile, elles découvrent une petite mamie méfiante, qui s’est coupée du monde et vit prostrée chez elle la plupart du temps. A force de patience et de persévérance, les deux femmes vont réussir à gagner sa confiance et à établir un lien, aussi ténu soit-il certains jours, avec elle. Dans cette bd mise en image par Raphaël Sarfati, elle nous raconte les jours avec, les jours sans, nous explique comment elles s’y sont prises pour petit à petit créer un lien avec elle. Mais l’auteure nous parle aussi de tout le reste, de ce qui l’a interrogé, dans ce cas précis, sur la manière dont on s’occupe des personnes atteintes d’Alzheimer en France. Des auxiliaires de vie qui se contentent parfois de laisser le repas sur la table, et de noter que Joséphine a tout mangé, et même bu un café alors qu’elle n’y a pas touché, à la personne chargée de sa tutelle qui, trop débordée n’a jamais le temps de jeter un œil à son dossier pour valider l’achat de quelques nouveaux vêtements dont elle aurait pourtant bien besoin.

Valérie Vilieu n’accable personne, car elle est consciente que c’est le système qu’il faudrait changer. Un système qui prend le problème dans son ensemble et va au plus urgent, sans se soucier du cas par cas. Bien sûr c’est du temps, de l’argent, mais ce sont aussi des patients qui finissent par perdre toute autonomie parce que personne n’est là pour les encourager, ne serait-ce qu’un peu.

Little Joséphine, dans le titre comme dans certaines pages, c’est aussi un hommage à Little Nemo, la bd de Windsor McCay. car le petit monde de Joséphine se rapproche finalement de celui, farfelu, des enfants. sauf qu’au lieu d’apprendre et de grandir, elle perd petit à petit ce qui faisait sa personnalité.

C’est un témoignage poignant, qui nous éclaire un peu sur ceux qu’on oublie. Les malades, que leurs familles délaissent parfois, décontenancés par ces personnes qui deviennent de parfaits étrangers, mais aussi leurs soignants qui essaient souvent, du mieux qu’ils peuvent mais avec les moyens du bord, d’aider ceux dont ils s’occupent. C’est aussi une réflexion sur la manière dont le système manque à ses devoirs et oublie parfois son humanité.

Little Joséphine : … Et le vide se répète sur Amazon

La guerre du feu tome 1

29 octobre 2012  |  Non classé

Ce titre est une adaptation en bd du roman de JH Rosny.

Les Oulhamrs fuient dans la nuit. Leurs ennemis ont détruit leur feu, leur survie est menacée. Le chef du clan promet la belle Gammla a celui qui ramènera le feu. Deux des guerriers de la tribu partent chacun de leur côté pour tenter de réaliser cette quête. On va suivre au travers de ces pages Naoh, fils du Léopard, qui part dans cette quête et croiser sur son chemin mille dangers.

Cette bande dessinée est vraiment prenante, et il n’y a pas besoin d’avoir lu le roman pour la suivre. On plonge dans la quête de ce guerrier, assisté de deux jeunes hommes de la tribu, et on découvre le monde tel qu’il devait être à l’époque.Les hommes devaient cohabiter avec des créatures puissantes. Ours, lions géants, mais surtout les mammouths, sans conteste les maitres du monde à l’époque…

Emmanuel Roudier est un habitué du genre, et est également l’auteur de Neandertal chez le même éditeur. En plus d’être une adaptation de qualité, c’est pour les animaux que cette bd est le plus impressionnante. Ils sont superbement dessinés, et les scènes de combats entre eux nous en mettent pleins les yeux. Les amateurs d’animaux préhistoriques seront comblés.

La guerre du feu, Tome 1 sur Amazon

Siorn tome 1

29 octobre 2012  |  Non classé

Siorn est le chef d’une tribu en danger. Pour assurer la survie de ses proches, il vient de prendre un gros risque, et a dérobé des gemmes à Ysbel, une femme cruelle qui règle sur Jorlash. Malheureusement pour lui, il est arrêté. Mais Ysbel, impressionnée par sa bravoure, lui propose une mission, plutôt que de l’exécuter sommairement : la tête d’Olshorn, l’un de ses frères. car Ysbel, Olshorn, et Giarthen sont trois frères et soeurs qui se divisent le royaume, et s’affrontent dans une guerre sans merci pour qu’un seul des trois prenne la totalité du pouvoir. S’il y parvient, non seulement il sera libre, mais Ysbel lui fournira des armes pour protéger les siens.

Cette nouvelle série d’heroic fantasy chez Soleil plaira aux amateurs du genre. Un beau graphisme, un univers sombre, enneigé mais surtout violent, et une guerre dont on ne peut, dans ce premier tome, imaginer l’issu. Les rapports entre les personnages sont bien menés, et nous réservent plus d’une surprises. L’histoire est plus dense que pas mal de titres du genre et on se laisse emmener avec Siorn dans des intriguent qui ne le concernent pas, mais au milieu desquels il devra faire les bons choix pour survivre.

Siorn, Tome 1 sur Amazon