Archive for septembre, 2012

Princesse Sara tome 5 Retour aux Indes

30 septembre 2012  |  Coups de coeur, Les suites

Princesse Sara, c’est une bande dessinée pour laquelle j’ai eu un coup de cœur dès le premier tome. Audrey Alwett et Nora Moretti y ont revisité avec beaucoup de fraicheur et de modernité le roman du même titre. Elles ont su nous faire voyager dans l’univers de Sara, plein de magie, de poésie et d’aventure.

Pour celles qui ne connaitraient pas, Sara est un jeune fille qui a vécu aux Indes avec son père. Mais il doit cette fois-ci la laisser en pensionnat à Londres, lui promettant de revenir vite. Au début, elle est traitée comme une princesse par tout le monde, mais quand un courrier apprend à la directrice du pensionnat la mort du père de Sara, et sa ruine, c’est le début d’une vie difficile pour elle. Passant d’enfant choyée à bonne pour le pensionnat, afin de rembourser les dépenses occasionnées par sa présence, elle continue à faire preuve d’un courage à toute épreuve, et d’une imagination débordante qui lui permet de s’évader de cet enfer. Chaque moment de répit est l’occasion d’imaginer avec ses amies (celles parmi les pensionnaires qui lui sont restées fidèles, mais aussi l’autre jeune fille qui travaille en tant que bonne) un monde plus beau, inspiré de sa vie en Inde.

Cette série était complète en quatre volumes, reprenant toute l’histoire de Sara, jusqu’à une fin plus heureuse. Les auteures ont vraiment réussi à revisiter l’histoire, y incluant un univers victorien, teinté de steampunk (le père de Sara est un grand inventeur de robots, robots qui, pleins de raffinement et de délicatesse, font partie de la vie des personnages). Mais, ces quatre tomes n’étaient en fait qu’un premier cycle !

Car Sara revient dans un nouvel opus. Ce nouveau cycle n’est plus tiré du roman mais entièrement de l’imagination d’Audrey Alwett…Et si j’avais beaucoup aimé les volumes précédents, je dois dire que je suis encore plus sous le charme de cette nouvelle histoire !

Sara est désormais une jeune femme, et elle retourne en Inde. Si elle a bien entendu envie de retrouver un pays qui lui est cher, et riche en souvenirs, elle a un objectif en tête : racheter l’entreprise de son père, vendue pour une bouchée de pain à la fin de sa vie. Mais Sara a toujours autant de courage et d’imagination, et est bien décidée à arriver à ses fins…

Cette nouvelle histoire est vraiment prenante, pleine de rebondissements, et d’humour. On retrouve des personnages auxquels on était attachés, mais de nouveaux font leur apparition. Les volumes précédents dépeignaient le Londres de l’époque victorienne, on découvre ici l’Inde, mais surtout la petite communauté française installée à Pondichery, qui se plie aux codes de la bourgeoisie, mais en comité réduit. L’univers steampunk est lui aussi toujours présent, puisque l’usine qui appartenait au père de Sara fabrique des robots…

Le dessin de Nora Moretti qui était déjà superbe, a encore gagné en technique et on ne peut qu’être sous le charme face à la délicatesse de son trait, autant dans les personnages, les paysages, que dans les superbes tenues de l’héroïne.  La mise en couleur est elle aussi toujours très belle, joyeuse et douce en même temps.

Une vraie belle suite, qu ravira les fans de la série.

Princesse Sara, Tome 5 : Retour aux Indes sur Amazon

Batchalo

30 septembre 2012  |  Coups de coeur

1939 dans un village Tchèque. Un camp tzigane qui a l’habitude de s’arrêter ici s’est installé, et les enfants sont ravis de retrouver leurs copains, malgré l’interdiction de la plupart de leurs parents. Un jour, presque tous les enfants tziganes, mais aussi quelques enfants du village disparaissent sans laisser de trace.

Josef, un policier, et l’un des seuls à avoir de l’affection pour les tziganes, part avec eux à la recherche de son fils, et des leurs. Ils traverseront la Bohème à leur recherche, mais finiront dans un camp avant de les avoir retrouvé…Parallèlement, on suit le calvaire des enfants, enlevés pour être étudiés par les nazis…

Batchalo est une bd très dure et très documentée sur le calvaire du peuple tzigane pendant la Seconde Guerre Mondiale. D’un côté les adultes, parqués dans les camps de concentration eux aussi, de l’autre les enfants, étudiés comme du bétail. On y découvre d’ailleurs la singularité de traitement pour les jumeaux, mieux traité en apparence…mais pour un funeste destin, également.

Le dessin est beau, pas cru, mais sombre. Les paysages sont superbement rendu. La mise en couleur est tout en sépia comme sur la couverture. L’histoire est une fiction, mais Michaël le Galli, le scénariste, s’est énormément documenté pour écrire cette bande dessinée. On y découvre une partie moins connu, mais toute aussi macabre, des abominables actions nazies. Cette bande dessinée est dure, mais nécessaire, pour rendre hommage à ce peuple et à ce qu’il a subi. C’est en même temps un ouvrage historique où l’on apprend aussi, mais aussi une belle histoire d’amour et familiale, dont la force ne faiblit pas malgré les drames…

Batchalo sur Amazon

Tu mourras moins bête tome 2

30 septembre 2012  |  Coups de coeur, Mes incontournables

Marion Montaigne, du génialissime Tu mourras moins bête, revient avec le tome 2 de la compilation de son blog. Cette fois-ci sur le thème de la santé (le premier opus était consacré au cinéma).

Une bd toujours aussi drôle, passionnante et indispensable (même quand on est lecteur du blog).

Du fonctionnement des anticorps à la sexualité, des scientifiques aux recherches les plus débiles à quelques notions de psychologie, le Professeur Moustache vulgarise une nouvelle fois des notions obscures de la science. C’est hilarant, hyper documenté, et compréhensible pour les plus néophytes.

A avoir absolument dans sa bibliothèque et à offrir à…tout le monde (enfin les adultes) !

Tu Mourras Moins Bete 2 sur Amazon

Coelocanth tome 1

28 septembre 2012  |  Coups de coeur

L’un des profs d’Hisano vient d’être retrouvé mort. Cette lycéenne est plutôt blasée, mais culpabilise de ne pas pleurer. Et ça n’est pas le mouton qui l’accompagne et qui lui parle sans cesse (mais qu’elle est la seule à voir) qui va la rassurer sur ce point. L’enfance d’Hisano n’a pas été très rose.

Petite, elle a failli perdre la vie dans l’incendie de son immeuble. Ce jour-là, un petit garçon couvert de sang l’avait percuté en fuyant, perdant une petite pierre qu’elle a toujours gardé sur elle depuis, comme un talisman. Elle a ensuite perdu successivement ses deux parents, et vit désormais avec la femme qu’a épousé son père après le décès de sa mère. Une belle-mère qui la garde chez elle par obligation mais n’a aucun amour pour elle.

Comme elle est déléguée, elle est interrogée par les policiers, tout comme un de ses camarades avec qui elle s’entend bien. Elle est donc un peu plus impliquée dans l’enquête…D’autant plus qu’ils vont trouver des indices sans le vouloir.

Parallèlement, elle croise un jeune homme mystérieux, et qui possède un petit miroir de poche sur lequel il manque une pierre…et la sienne s’encastre parfaitement dessus. Même si elle pressent le danger, Hisano se trouve fasciné par ce garçon.

Coelocanth oscille entre shojo et policier, et est une vraie réussite. Le dessin est très beau, et l’histoire sombre, mais parsemée de notes d’humour et de jolis moments. Il y a une lenteur, une nostalgie qui m’a fait penser à Twinkle Star. Ce titre est plein de secret, les apparencessont trompeuses…Et en refermant ce premier volume on a très envie de lire la suite !

Une très bonne surprise.

Coelacanth Vol.1

A lire sur Madmoizelle – Fred Bernard et la Patience du tigre

J’oublie trop souvent de faire ici un rappel lorsque je publie une interview sur le site de Mad’, mais vu que celle-ci me tient particulièrement à cœur, je ne fais pas l’impasse !

Je suis une admiratrice du travail de Fred Bernard, et j’ai eu la chance de pouvoir lui poser quelques questions à propos de sa dernière bd, la Patience du Tigre. Parallèlement, Pénélope Bagieu qui chronique de temps en temps ses coups de cœur en vidéos sur Madmoizelle a adoré aussi, du coup c’est une double chronique + interview que vous pourrez lire par ici.