Et toi quand est-ce que tu t’y mets ?

16 mars 2011  |  Nouveautés de la semaine

Perso, je suis vraiment persuadée qu’être maman n’est pas une obligation de vie du tout, et que ça n’est pas le seul moyen d’être épanouie (bien au contraire). Mais la société ne pense pas toujours comme ça. C’est bien simple, six mois avec un garçon et tout ton entourage se met à te regarder d’un air entendu. Et si jamais au détour d’une conversation tu lâches que toi, ça ne te dit pas du tout, tu reçois en retour silence gêné et regards consternés (voire quelques « tu verras tu changeras d’avis »).

Alors quoi, une fille n’a pas le droit de vouloir consacrer sa vie à autre chose ? Elle DOIT se reproduire pour exister ?

C’est le thème (traité avec humour et légèreté) de cette bd, dont le dessin est signé par Madeleine martin, aka Mady.

Jeanne a 35 ans, elle file le parfait amour avec son amoureux, mais n’envisage pas du tout d’inclure un bébé dans sa vie. Sa décision est claire, mais ça n’empêche pas les pressions de son entourage. De sa meilleure amie jeune maman qui ne cesse de lui répéter que ça a donné un sens à sa vie jusqu’à sa famille qui analyse le moindre signe, cela devient vite fatiguant de devoir constamment se justifier… Surtout quand même son chéri s’y met…

Avec humour, donc, les deux auteures (Véronique Cazot au scénario, Madeleine Martin au dessin) racontent en strip court (une ou deux pages) ce quotidien où une décision finalement très personnelle est constamment remise en question par le monde entier alors qu’on ne lui a rien demandé. Alors quoi, on ne peut pas être heureux autrement ? Drôle, et qui a le mérite de traiter d’un sujet dont on ne parle pas assez (oui, des filles très biens ne veulent pas d’enfant et ça n’en fait pas de sales égoïstes), cette bd est aussi l’occasion de retrouver, avec grand plaisir, le délicieux dessin de Mady.

A lire aussi : le débat sur notre forum « une vie sans enfant ? »

Et toi quand est-ce que tu t’y mets ? sur Amazon


 


26 Comments


  1. Oh super. Une b.d qui correspondra a mon idée de vie. Je l’offrirais surement a mes proches qui me sortent a chaque fois: « tu verras tu changeras d’avis ». Merci

  2. Tout pareil pour moi. Pour l’instant mes bébés ce sont mes tableaux !!!
    Faudra que tu me le dédicaces ^__^

  3. Je vais jouer les relous mais… Si nous étions toutes plus intéressées par nos carrières/liberté/mecs/je-ne-sais-quoi que par la procréation, l’humanité serait vraiment dans la merde XD.

    Et vous savez, je faisais partie du club y a pas si longtemps, je ne voulais pas d’enfants et je méprisais presque tout ceux qui criaient « gloire à la maternité ! ». Une poussée hormonale et un flirt avec la mort plus tard, à 19 ans, je n’envisage plus de renoncer au bébé. Parce que je ne vis plus que pour l’amour qu’il me reste à donner, c’est con, c’est cliché, mais c’est tellement vrai.

  4. Attention M, l’idée ici n’est pas DU TOUT de dire que vouloir des enfants, c’est mal (je suis moi-même maman ;) Plutôt de bousculer un peu les choses sur le sujet. Parce qu’être une femme et ne pas vouloir d’enfant est un droit, et un choix très personnel qui ne regarde que nous et notre amoureux, et que la société ne l’entend pas de cette oreille.
    Est-ce normal qu’une femme qui fait ce choix (qui n’est ni anodin ni ‘facile’) doive constamment se justifier ? non.
    Elle fait ce qu’elle veut. Et ce n’est pas forcément, même rarement pour privilégier sa carrière ou autre. Quand on prend le temps de les écouter (sans les accuser), on se rend compte que les filles qui ne veulent pas d’enfants le font le plus souvent pour des raisons altruistes !
    Enfin voilà, perso j’ai toujours su que j’aurais un ou des enfants, et ma fille me rend très heureuse, mais je sais que, par exemple, je ne veux pas qu’on offre à ma fille de poupées quand elle sera plus grande (sauf si elle en a envie elle), parce que je n’ai pas envie de la mettre dans le schéma où elle sera ‘mère’. Je veux qu’elle fasse les choix de vie qui la rendront heureuse, et c’est elle seule qui les fera.

  5. Je me permets de reprendre ton descriptif de la bd, n’en ayant pas trouvé d’autres, pour la présenter aussi sur mon blog ;)

  6. J’ai 20 ans et peut-être que personne ne sera d’accord avec ce que je vais dire mais je pense qu’aujourd’hui faire un enfant dans le monde dans lequel on vie est limite égoïste (oh mon Dieu, elle a dit ça =O).
    Enfin bon personnellement j’me vois mal élever mon enfant en me disant que déjà à mon époque c’était difficile alors j’imagine même pas dans 20 ans. Aujourd’hui quand vous regardez les info à la télé on a envie de s’tirer une balle: cancer, nucléaire, catastrophes naturelles…
    Je ne veux pas donner la vie à un ange dans le chaos.

  7. Marquise OLympia

    Je veux pas de mioches, je n’ai pas à me justifier, je ne changerais pas d’avis et je vais lire cette bd tiens !

  8. Je viens de lire cette BD. L’histoire est originale (Ça change des shojo manga où les nanas veulent se marier et être mères à 18 ans, mais là n’est pas le sujet), le dessin très joli et l’humour bien présent. Y a quelques images un peu « trash » pour montrer que la grossesse, c’est pas tous les jours la joie, notamment l’accouchement. Par contre, j’ai trouvé la fin un peu rapide, et les questionnements du compagnon vite réglées. On verra bien comment va se goupiller la suite.

  9. J’ai lu la bd hier. Tout est dit dedans. Merci aux deux merveilleuses auteurs pour cet exutoire coloré!
    Je pense que dorénavant, pour contrer les relous (dont font partis famille et amis, hélas)je la leur collerais entre les mains, en disant : voilà le fond de ma pensée, et non, nous n’en reparlerons plus sur le mode « tu changeras bien d’avis un jour ».
    Merci encore pour cette bd juste et dans le ton. A la fois grave et légère.

  10. je ne veux pas d’enfant mes bébés sont mes chaussures .

    Non plus sérieusement je préfère consacrer ma vie à mon métier et ma passion qui est la coiffure , faire des stages voyager , faire des séance shopping , ece qu’un enfant a sa place la dedans?!

  11. Moi ce qui m’intéresserait, ça serait surtout de voir toutes ces femmes qui font ce choix, plus tard, quand elles penseront avoir tout accomplit et que leur corps ne pourra plus suivre le rythme qu’elle souhaite donner à leur vie.
    Je respecte totalement ce choix de ne pas vouloir d’enfant (je n’ai pas toujours trouvé les arguments de l’héroine valables en lisant la bd ahah), moi-même je m’étais longtemps posé la question (même si j’ai encore le temps), mais qu’en est-il quand on vieillit ? Quand on se retrouve seul ? Ah, j’oubliais. LES CHATS :D

    Bref, plus sérieusement, j’aimerais sincère:ent connaître des personnes âgées ayant volontairement refusé de devenir mère, et savoir si elles ne regrettent vraiment rien :)

  12. (Bon, ceci dit, on regrette tous des choses à un moment ou un autre de notre vie, donc ça n’est pas totalement valable).

  13. Maëlle > je pense qu’à ce sujet, quel que soit notre choix on aura des regrets, et des joies. C’est un mélange. Celle qui a son bébé a la vingtaine se dira peut-être qu’elle loupe des choses quand elle voit ses amis profiter de la vie avec insouciance alors qu’elle a des responsabilités (mes potes n’ont pas d’enfants, n’en veulent pas avant un long moment, et quand je les vois partir en voyage loin tous les six mois, et ce en s’y prenant 10 jours avant, ce genre de chose, j’ai comme un petit pic au cœur. Je ne regrette pas mais des fois j’aimerais bien retourner à cette vie sans questions). Celle qui veut un bébé, mais attends un peu, pourra ne jamais y arriver (oui, je sais, c’est mal de le dire, mais quand je vois tous les collègues de mon chéri, en couple, posés, qui ont attendu d’être propriétaire d’une très grosse maison, d’avoir fait un immense mariage, etc, pour faire un bébé, et qui s’y mettent à 35 ans…bah sur 6 couples, aucun n’y arrive, et ça fait plusieurs années qu’ils essayent. ça n’est pas une généralité bien sûr, mais c’est un risque dont on ne parle pas assez, de mon point de vue), et celle qui n’en veut pas du tout vivra peut-être avec cette absence, en se disant qu’elle a peut-être loupé quelque chose. Celle encore qui s’est séparé de l’amour de sa vie, parce qu’un bébé change tout. Oui c’est mal de le dire hein, mais je conçois vraiment que ce changement de rythme, de vie, de responsabilités, fasse imploser bien des belles histoires d’amour…
    Bref, tous nos choix de vies de toute façon sont ce savant mélange de joies et de regrets, et c’est justement pour ça qu’on ne devrait pas mettre la pression sur les femmes, à ce sujet. C’est elles et elles seules qui vivront avec ça.

  14. Une femme qui ne veut pas d’enfants est vouée à être montrée du doigt et on lui dit, « tu verras tu changeras d’avis un jour ». Blah. Blah.
    Je viens de terminer cette BD et j’adhère totalement : Excellent !

  15. Super Sceptique

    Ce qui ressort de temoignages de femmes qui ont refuse la maternite, c’est qu’elles n’ont pas specialement de regrets… Une saine curiosite, oui, a la rigueur, mais pas de regrets.
    J’ai rencontre une dame de 80 ans, il y’a de cela 10 ans; elle ne pouvait plus avoir d’enfant suite a un avortement rate. Elle avait fui sa famille pour se retrouver avec son fiance en Algerie francaise (desolee pour les accents et les cedilles, mon clavier n’en a pas!) et etait tombee enceinte. Elle a decrete qu’elle n’avait pas fui si loin en affrontant les conventions pour se retrouver dans la meme m…
    Bref, apres avoir fait le deuil de l’impossible maternite, elle nous avait raconte sa vie epanouie aux 4 coins du monde, et elle etait bien plus petillante que les autre mamies!
    @ Maelle : De plus, on pense qu’il ne s’agit que de feroces jouisseuses dont le corps « ne pourra plus suivre » leur mode de vie insouciant. Or le plus souvent, les femmes qui renoncent a la maternite le font pour se consacrer a une passion, et non pas pour se saouler en boite en draguant des petits jeunes de 40 ans de moins de facon pathetique. Et question corps epuises; la maman de famille nombreuse (ou de deux enfants) est rarement au top de la forme.
    Mon copain me dit que si je pense ma vie assez complete pour refuser d’y faire rentrer une autre personne, c’est bien triste… Je suis tout a fait pour faire rentrer de nouvelles personnes dans ma vie, mais pourquoi dois je le faire via mon vagin??

  16. Tous les choix impliquent des joies et parfois des regrets. Etre parent ou ne pas l’être, il n’y a pas un choix bon (qui n’apporte que bonheur et épanouissement) et un mauvais (aigreur et solitude au rdv).
    Mais aujourd’hui, force est de constater que la maternité est présenté comme le seul choix possible.
    Et oui, on peut aussi changer d’avis… mais les discussions sont fermées ! Car on peut très bien ne pas avoir envie de devenir mère, ne pas se projeter dans cette vie et puis évoluer vers autre chose. Mais alors, autant les gens auront été pénible avant, autant ils se sentiront victorieux à ce moment là.
    Etrange non ?

    Je trouve carrément indécent cette manie que tout le monde (amie, famille, vague connaissance, collègue, etc.) regarde dans l’intimité d’un couple ou d’une personne pour lui dire :
    « Et toi, tu t’y mets quand ? »

  17. Je suis une jeune maman, j’adore ça, et pourtant je comprends tout à fait qu’on n’en veuille pas. Je pense que c’est simplement pas fait pour tout le monde!

    Et j’ai l’impression que cette pression est bien française.. Comme en Allemagne, ou il y a 1/3 des femmes de 40ans qui ont pas d’enfants!

  18. Trop chouette cette BD pas encore eu le temps de toute la lire mais aperçu et lu le début dans le fluide.G

  19. je n’ai pas lu la bd mais je vais sûrement m’y intéresser.C’est un problème de société. Société de malaise, lorsque ce sujet est abordé,aïe aïe aïe!!! Eh oui, certaines ou certains on en éprouve pas l’envie. Autant faire suivant notre manière de penser. Ce que je ne supporte pas , ce sont ceux qui le font par principe. Certains c’est un choix réfléchi de faire un enfant, d’autres ça ne l’est pas. Ca se comprend vite quand tu leur poses la question. C’est oui mais il fallait le faire. Si tu approfondis, leurs parents ont fait ça, donc fallait faire comme papa et maman, leurs seules personnes de référence. Réfléchir de par eux-mêmes c’était pas possible. Moi je les aime les gosses mais je n’en veux pas. Ceux qui en font et les maltraitent ce n’est guère mieux. Je suis sûrement égoîste mais je sais aussi que je ne veux pas rendre malheureux un enfant. on représente 5% de la population qui ne voulons pas d’enfants, nous ne sommes pas des moutons de panurge pour suivre les autres comme ils l’entendent.

  20. Et bien moi je suis enceinte, alors que pendant des annees j’ai dit que je ne voulais pas d’enfants, et ce n’est pas la joie tout les jours. Seulement, ma decision a ete prise en conscience, et ca ca change tout. Je maintiens que se reproduire sans y penser, sans peser le pour et le contre, alors qu’on vit sur une planete surpeuplee, c’est completement egoiste. Mes meilleures amies ne veulent pas d’enfants et je suis 100% pour soutenir leur decision et au besoin me battre pour les defendre. Et d’ailleurs, quand bien meme elles changeraient d’avis apres la date d’expiration de leurs ovaires (oui je sais, c’est cru mais c’est comme ca), il y a tellement d’enfants non voulus ou seuls au monde que je suis sure qu’elles pourront adopter sans probleme si ca devient leur choix. Et je suis d’accord avec SuperSceptique; introduire quelqu’un dans sa vie ne veut pas dire le faire par son uterus.

  21. Moi, je veux des enfants parce que j’adore ça. Je veux une vraie complicité avec eux. Mais j’suis contente que des femmes n’en veulent pas. J’voudrais même qu’il y en ait plus car je trouve qu’on est déjà beaucoup trop sur cette terre, alors pourquoi faire des enfants si on en veut pas ?

  22. J’ai lu cette BD. Pas mal mais sans plus.
    Elle a au moins le très gros mérite d’exister et de faire savoir à la face de cette société que oui, ça existe, les femmes qui ne veulent pas d’enfant et ce n’est pas pour cela que ce sont des femmes anormales.

    En lisant les commentaires, j’ai été fort irritée par celui de Maëlle, complètement sans fondement à mes yeux.

    Ahhh il faut faire des enfants pour ne pas se retrouver seul une fois vieux. Ça, c’est pour moi une putain de mauvaise raison de faire des enfants. Et sacrément égoïste (Ah bon? Ce n’est pas les femmes sans-enfant qui sont égoïstes? Chelou Oo Je plaisante ;)).

    Regardez autour de vous, faites un stage en maison de retraite!! Vous vous apercevez que bien souvent on vieillit seul.

    Il ne faut pas croire que celles qui font ce choix ferme et définitif le font parce que les bébés ça pleure et ça pue. Elles le font le plus souvent pour des raisons bien plus profondes et sérieuses. Intéressez-vous à elles ;)

    Il y a du positif et du négatif dans chaque situation. Il faut arrêter de croire que les femmes sans-enfant sont forcément aigries et frustrées.

    En espérant un monde futur plus tolérant pour vos enfants :*

  23. Merci Zaelle et les autres (et le JT de Frande 2 qui m’a fait connaitre cette BD).
    A 27 ans je vois tout mon entourage facebook (amies de lycée etc) commencer à afficher des photos de leurs bambins en profil…
    JE NE CRITIQUE aucunement cette envie d’avoir un enfant, il m’arrive parfois de l’avoir (un centième de seconde, sisi), alors que les gens « normaux » fassent de même avec celles qui « vont contre la nature »…
    Merci

  24. « Je vais jouer les relous mais… Si nous étions toutes plus intéressées par nos carrières/liberté/mecs/je-ne-sais-quoi que par la procréation, l’humanité serait vraiment dans la merde » … non, au contraire, ça ferais plus que du bien à l’humanité car il faudrait 2 planétes pour pour pouvoir nourrir tout la population et, personnelement, j’ai plus d’estime pour les femmes qui n’ont pas d’enfants mais qui vont aider ceux d’Afrique plutôt que celles qui passent à la télé toutes fières de montrer leur 10 enfants et la gentille femme soumise qui reste à la maison à s’occuper des enfants tout en écartant les jambes le soir. C’est le Moyen âge mais bon, si il y en a qui sont heureuses comme ça, c’est bien.

  25. Bonjour,

    Je suis une femme de 23 ans et je ne veux pas d’enfants. (Je ne suis pas spécialement traumatisée et je ne suis pas lesbienne.) Je suis jeune, certes, mais pourtant je suis sure de moi. Cela fait de nombreuses années que je pense et que je dis que je ne veux pas en avoir, et toutes les réponses compatissantes : « mais tu as bien le temps d’y penser et de changer d’avis » ou « c’est pourtant une telle expérience! », ou agressives : « quelle horreur! mais ce n’est pas normal » ou encore « mais tu n’es pas une vraie femme », viennent principalement d’autres femmes… (Et il paraît que je suis égoïste…) C’est pourquoi aujourd’hui je dis un grand MERCI à Véronique et Madeleine! Merci pour nous les femmes, pour nos envies et pour nos droits!

    A bientôt!

  26. A Maëlle : ah, le fameux argument du « comment feras-tu quand tu seras vieille ? Tu seras seule ? »
    Premièrement, on ne fais pas des enfants pour nous tenir compagnie dans nos vieux jours (et d’ailleurs certains, une fois leurs parents âgés, ne s’en occupent même pas). Je trouve ça nul de penser ça.
    Deuxièmement, j’ai connu plusieurs personnes âgées sans enfants mais qui étaient très proches de jeunes personnes (sans forcément les avoir élevées) et celles-ci venaient les visiter régulièrement durant leur vieillesse.
    Enfin, comme expliqué plus haut, une femme qui choisit de ne pas vouloir d’enfants n’a pas à se justifier de son choix. Est-ce qu’on enquiquine à ce point les femmes qui choisissent de *faire* un enfant ? Non ? Alors pourquoi enquiquiner les unes et pas les autres ?
    Chacune de celle qui ne veulent pas d’enfants ont leur raison. ça n’en fait pas pour autant des monstres. Alors cette BD, moi je dis bravo et je la distribuerai bien à tous mes proches et mes collègues pour qu’ils nous fichent la paix, à mon compagnon et moi. Car nous ne voulons pas d’enfant et non, nous ne changerons pas d’avis.
    Pourquoi nous ne voulons pas ? C’est un choix personnel qui ne regarde que nous.
    Ce qui ne m’empêche pas d’être heureuse pour les copines enceintes ou mères, d’être une tata contente de l’être.
    Mais être mère, non (et j’ai 29 ans, toujours pas envie, donc n’allez pas me parler d’horloge biologique non plus !)
    L’essentiel est de respecter les choix des autres. Quels qu’ils soient.

    Etre mère est un droit, pas un devoir.

Trackbacks

  1. La bibliothèque de vany » Archives du Blog » ET TOI QUAND EST-CE QUE TU T’Y METS? de Madeleine Martin et Véronique Cazot
  2. 30 abominables raisons de faire des enfants | madmoiZelle.com
  3. Et si on arrêtait le girly-bashing ?
  4. Et toi quand est-ce que tu t'y mets ? tome 2 | Le blog BD
  5. Faut-il une bonne raison pour avoir un enfant (ou ne pas en avoir) ? | Les Vendredis Intellos
  6. Parentalité dans la norme et hors norme » 9 vies

Leave a Reply