Archive for décembre, 2010

Hero Tales

31 décembre 2010  |  Coups de coeur

Lectrice amatrice de manga, je dois te faire une confession : je me suis arrêtée au troisième chapitre du premier tome de Fullmetal Alchemist tellement ça m’a gavé (comme je n’ai jamais lu ni XIII ni Largo Winch -mais j’ai vu le film, yeepee- ce qui me donne tout autant l’impression d’être une arnaqueuse, vu que je te conseille pleins de trucs mais que je ne maitrise pas du tout mes classiques). C’est pour ça qu’en commençant Hero Tales, j’avais peur de tout autant m’ennuyer, et de passer encore une fois à côté d’un truc que tout le monde trouve génial (soit dit en passant, je trouve ça super frustrant de ne pas réussir à rentrer dans quelque chose dont on te fait l’éloge, ça donne l’impression d’être bête. Pour finir mes confessions, je n’ai jamais réussi à lire Persepolis non plus. Ç’ayait tu peux me jeter des petits cailloux tranchants et ne plus jamais écouter mon avis). Bref, madmoizelle, sache-le, en commençant Hero Tales, je tremblais (bon ok très intérieurement, mais tout de même).

Non mais je sais, tu te demandes le rapport, en fait Hero Tales est de la même mangaka que Fullmetal Alchemist (mais à priori c’est là une adaptation et pas une création).

Et bien tous ces lourds secrets dévoilés (mais je me sens mieux maintenant que tu sais que je suis une vile arnaqueuse), pour dire qu’en fait Hero Tales, c’est vachement bien !

Sincèrement, il y a bien longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon premier tome de shônen (même meilleur que la bonne surprise Arata).

L’histoire se déroule dans un monde médiéval. Taitô est un jeune homme très fort à la bagarre, qui lutte chaque jour pour repousser les soldats de l’Empire. En effet l’Empereur est, d’après Taitô et ses amis (parce que nous on ne l’a pas encore rencontré) un incapable qui mène le pays à sa perte, et dont les troupes sèment désolation et pauvreté partout où ils passent. Taitô est donc quelqu’un de gentil, mais aussi d’un peu crétin et de très sûr de lui. Lors, de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, il reçoit de son maitre une épée de grande valeur. Mais elle est aussitôt volée par un homme surpuissant, qui lui parle avant de s’enfuir d’une vieille légende à laquelle le jeune homme serait lié, sans le savoir. C’est le début d’une grande aventure pour Taitô, qui part à la poursuite de l’homme, et de la vérité.

Le scénario en rappelle plus d’un autre, mais Hero Tales est particulièrement excellent, le dessin est bon, les personnages attachants, les dialogues sont pleins d’humour, et le manga entier sent bon la grande aventure. Bref, une bonne petite série qui séduira forcément toutes les fans du genre.

Hero Tales, Tome 1 sur Amazon

Genetiks

30 décembre 2010  |  Coups de coeur

Genetiks est sans conteste une de mes plus grosses claques bd, qui m’a retourné le bide et fasciné en même temps. C’est l’équipe du plus connu et génial également Complexe du Chimpanzé chez Dargaud (une trilogie à offrir absolument à n’importe quel fan de SF) qui se retrouve ici (également pour une trilogie).

L’histoire est dense et obscure, et joue sur les flashbacks et le mélange entre rêve et réalité. Thomas Hale est employé par un laboratoire, Genetiks. On va suivre sa descente aux enfers, trouble mais néanmoins oppressante. Je n’en dirais pas plus parce que la force des auteurs c’est de nous mener par le bout du nez là où ils veulent sans qu’on ne puisse jamais se dire qu’on a tout compris.

Je dirais simplement qu’il y est question d’identité, de l’homme vu comme un produit, des limites de la science, de quête de la vérité…Un soupçon Matrix, un petit peu Fringe, mais en tout cas une série excellente, où le découpage du scénario, mais aussi le dessin, étrange et génial (à découvrir via le lien amazon), très photographique, et donc cinématographique, te tiennent aux tripes jusqu’au bout (à déconseiller tout de même aux âmes trop sensibles, l’atmosphère angoissante et les questions que la série soulèvent pouvant par moment retourner l’estomac).

Genetiks, Tome 3

Disney en bd

30 décembre 2010  |  Coups de coeur

Le journal de Mickey, Picsou Mag…autant de magazines qui ont rythmé tes premières années, sans doute (moi j’étais surtout accro au Manuel des Castors Juniors, j’étais d’ailleurs amoureuse de Loulou…). Mais cela faisait plus de 15 ans qu’il fallait se contenter de la presse et qu’ils n’étaient plus en librairie.

Grâce à un partenariat avec Glénat, c’est désormais chose faite : depuis cet automne les aventures de Mickey, Donald et toute la clique se glissent dans les rayonnages.

On y retrouve des œuvres d’archives, comme les intégrales des séries (par exemple La dynastie Donald Duck qui durera 24 tomes, le premier paru réunissant les années 50-51), des œuvres plus récentes (Epic Mickey, un comics tiré de l’univers du jeu vidéo du même nom), mais bientôt également des créations des auteurs Glénat…Bref, de quoi satisfaire les puristes, les fans, et les petits cousins !

2010, le très très meilleur (qui peut servir de mine d’idées cadeaux de dernière minute)

Bon, je n’ai pas complètement fini mes chroniques de l’année, mais j’ai envie, aujourd’hui, de dresser un petit bilan très personnel de ce qui a été, selon moi, le meilleur de la bande dessinée, du manga, et du comics (même si pour cette dernière catégorie, j’en ai moins lu) sur tout 2010. Je me dis que ça peut aussi te servir, jeune madmoizelle, à piocher pour trouver quelques idées cadeaux, à J-4. Histoire de briller de mille feux sous le sapin, lors du déballage de cadeau. (les liens sur les titres renvoient vers les chroniques, histoire de te faire une idée).


D’abord. Rappelons la meilleure bd de 2009, et d’ailleurs la meilleure bd du monde à mes yeux. Sublime, émouvante, sexy et délicieuse. Mauvais Garçons, de Dabitch et Flao. Comment te dire. Le dessin de Flao, la plume de Dabitch, des mauvais garçons et du flamenco. Un genre d’équation parfaite.

Cette année, l’histoire la plus touchante, la bd qui m’a collé un sourire en béton armé pour plusieurs heures, c’est Lydie. Une histoire d’amour entre une mère et sa fille décédée, entre cette maman que le sort abime, et tous les habitants de sa rue, qui se plient en quatre pour la voir sourire…

La bd la plus poétique, troublante et étrange, c’est Cœur de Papier. Une histoire sur l’enfance, l’amitié, la maladie, mais bien plus encore…Pleine d’onirisme, de rêveries, de cruauté et de beauté.

La plus adorable bd romantique, c’est Comme ton Ombre, avec au scénario l’auteure de la Rose Écarlate. Un premier tome tout frais et mignon, qui se dévore comme une sucrerie.

La meilleure série fantastique, c’est Zombillénium, d’Arthur de Pins. Drôle et à mille lieue des titres habituels du genre, l’auteur y distille son dessin génial et son talent pour les dialogues qui font mouche. Les monstres c’est plus ce que c’était, et plus d’une Madmoizelle a adoré…Juste derrière quand même, je voudrais reparler de Chambres Noires, une histoire de fantômes et d’escrocs, drôle et barrée, avec un dessin très très beau.

La meilleure série comics, c’est Fables, qui est juste absolument géniale. Le monde des Fables, dans les Etats-Unis d’aujourd’hui. Plusieurs d’entre vous ont déjà succombé…Toujours en comics, une jolie surprise qui s’appelle Scalped, un premier tome violent et prenant, dans la moiteur d’une réserve indienne…

La meilleure série manga, c’est sans conteste Pluto, qui se retrouve d’ailleurs en sélection un peu partout dans les festivals. Une histoire mi-polar mi-SF, un hommage au père du manga comme on le connait aujourd’hui, Tezuka, et tout le talent d’Urasawa, peut-être le meilleur mangaka, et assurément un scénariste de génie. Je n’oublie toutefois pas mon péché mignon, le shojo, avec Cat Street, la nouvelle adorable série de l’auteure d’Hana Yori Dango

Et puis il y a les meilleures suites, parce qu’il y en a deux ex aequo. Freaks’ Squeele, la série aussi géniale que barrée sur des wannabe super héros un rien loser, et Geek and Girly, mon coup de cœur à moi. Malheureusement l’éditeur arrête la publication, mais les deux adorables auteures ont promis de continuer la série sur un autre support !

La palme du plus beau dessin compte également des ex aequo, avec le merveilleux Yaxin the Faun, et le fabuleux Dernier des Mohicans. Je pèse mes mots hein, avec ces deux bd je me suis pris une claque à chaque case.

Ensuite on fait encore plus fort avec un double ex aequo, parce que je serais incapable de les départager. Je décerne le prix (très subjectif, je suis toute seule comme jury, héhé) de la bd la plus drôle, et de la bd la plus stylée à Manabé Shima, le carnet de voyage le plus classe, le plus hilarant, le plus génial du monde, par le tout aussi génial Florent Chavouet, et à Monkey Bizness, qui, derrière un titre digne d’un son de rap US, une couverture chatoyante, et un éditeur qui déboite (sans compter des auteurs au CV plutôt classe : ce sont les mecs des Lascars) cachent une merveille d’humour crétin, de violence gratuite, et de répliques cultes, ça a été ma plus grosse meilleure surprise de l’année. Je m’attendais à un truc pas mal, j’en suis ressorti K.O.

Enfin, la Madmoizelle de l’année, c’est clairement Milady de Winter, aussi sexy qu’effrontée, battante et séductrice. On adore la détester, et puis elle en a tellement bavé qu’on s’attache quand même à elle. C’est une peste, oui, mais une adorable peste…Juste derrière tout de même, la douce Elinor Jones. Tout le contraire de Milady par le caractère, mais pleine de rêve et de créativité. Une héroïne romantique et en même temps très moderne (l’histoire se passe à l’époque victorienne).

Et puis bien sûr, pour d’autres bd, il y a les chroniques bd de Pénélope !

Voilà voila. Une année riche en découverte, en nouveaux talents, en amûûûr, en humour crétin et en dessins qui te mettent une claque. Une année délicieuse en somme, que j’ai aimé partagé avec vous toutes, Mesdemoizelles (instant émotion). Et avec 2011 c’est reparti pour un tour !


Monster

18 décembre 2010  |  Coups de coeur, Mes incontournables

Monster est, sans conteste, un incontournable du manga. Le genre de titre qu’il faut avoir lu, impérativement, avant de pouvoir librement critiquer le manga et dire que c’est nul, parce que c’est exactement le genre de titre qui risque de faire changer d’avis. Petit conseil cependant, mieux vaut lire Monster avant XXth Century Boys, un autre chef d’œuvre d’Urasawa, il l’a écrit avant, et la claque risque d’être moins grande tellement XXth Centtury Boys est énorme, mais Monster vachement bien quand même. (oui la prochaine fois je te parlerais de XXth). Urasawa est aussi l’auteur de Pluto, dont je te parlais il y a quelques mois, et qui est sélectionné à Angoulême.

L’histoire se déroule en pleine Guerre Froide. C’est l’histoire d’un chirurgien japonais qui officie dans un hôpital allemand. Un jour, un petit garçon arrive avec une balle dans la tête, et juste après, le maire, lui aussi en mauvaise posture. Le chirurgien décide d’opérer le petit garçon, suivant la règle du premier arrivé, contre l’ordre de son supérieur. Il sauve l’enfant, mais est aussitôt viré. Le lendemain, tous les grands pontes de l’hôpital sont retrouvés sauvagement assassinés, il est tout de suite suspecté…C’est le début pour lui d’une longue enquête, à travers les années et les pays, pour découvrir la vérité.

Urasawa est un scénariste de génie, et on se perd dès les premières pages dans ce polar violent mais passionnant. Il sait aussi créé des personnages denses et surprenants,  et les 18 tomes défilent à la vitesse de la lumière. Cette année, son éditeur, Kana, publie la version luxe, très belle, composée de volumes doubles, retravaillés par l’auteur.

Un classique incontournable, autant pour les fans de mangas que pour les amatrices de polars (même celles qui n’ont jamais ouvert un manga, promis vous ne regretterez pas, ou alors vous m’envoyez des lettres d’insultes après).

Monster Intégrale Luxe (tome 1 et 2) sur Amazon